Skip to content

Premier soir au Festival Peacock Society

Vendredi 12 juillet au soir débutait le Festival Peacock Society au Parc Floral de Paris. Au programme de ce premier soir : de la chaleur, les DJ sets de Louisahhh!!!, Ricardo Villalobos et Richie Hawtin et, surtout, une nuit… à chercher ses amis. Retour en images sur cette chasse à l’homme.

Vendredi 12 juillet au soir débutait le Festival Peacock Society au Parc Floral de Paris. Au programme de ce premier soir : de la chaleur, les DJ sets de Louisahhh!!!, Ricardo Villalobos et Richie Hawtin et, surtout, une nuit… à chercher ses amis. Retour en images sur cette chasse à l’homme.

Le Peacock Society est un peu LE rendez-vous musique de ce mois de juillet. Alors forcément, vendredi 12 juillet dans l’après-midi, la question n’était même plus : “Tu y vas ?”, mais plutôt : “À quelle heure on se retrouve là bas ?”

Les portes du Parc Floral de Paris s’ouvrent à 20h sur un set de Louisahhh!!!. La Djette joue sous les derniers rayons de soleil en extérieur, tandis que Clement Meyer et Tomas More s’occupent de chauffer la grande salle interne. Ils seront respectivement remplacés par The Magician et DJ Koze. Puis la nuit tombe. Nous sommes encore un petit groupe de quatre. Mais, rapidement, tout le monde commence à se disperser : certains sont allés au “Peacock Market” pour jeter un oeil au fripes vintage de la boutique Dernier Cri ou au stand de tattoos éphémères, tandis que d’autres ont préféré aller goûter un burger du Refectoire ou un cookie de la Guinguette d’Angèle Arrive alors le temps des premiers textos : “Je suis au niveau des transats”. Il doit y avoir une vingtaine de transats. Bien…

Nous slalomons entre la grande salle intérieure où il fait une chaleur étouffante et les stands en extérieur devant lesquelles les festivaliers commencent à s’échauffer. “Le Peacock Society, un festival animal” n’a jamais aussi bien porté son nom. C’est finalement à ce moment précis que débute, dehors, le live du jeune (24 ans !) Joris Delacroix. Le DJ nous confiera plus tard avoir été très déçu de sa prestation, au point de refuser toutes questions ou photos. Tant pis, Ricardo Villalobos etRichie Hawtin devraient mettre tout le monde d’accord dans la “Warehouse”. La preuve : tous les festivaliers ont migré à l’intérieur. Tous, sauf nos amis, évidemment. Et c’est toujours seules que nous deux, journalistes de La Villa Schweppes, prenons des photos. Quinzième message sur notre portable : “Bar néon blanc”. On en a vu trois différents. Ok, laissons tomber, il est temps de rentrer…