Skip to content

Cannes 2013 : Soirée de lancement de la Villa Schweppes !

C’est reparti pour le grand barnum ! Le 66ème Festival de Cannes a débuté hier soir avec la projection du film Gatsby Le Magnifique. La pression est montée toute la journée sur la Croisette jusqu’à pure ébullition quand Steven Spielberg, Leonardo Di Caprio et toute la compagnie ont gravi les marches du Palais.

C’est reparti pour le grand barnum ! Le 66ème Festival de Cannes a débuté hier soir avec la projection du film Gatsby Le Magnifique. La pression est montée toute la journée sur la Croisette jusqu’à pure ébullition quand Steven Spielberg, Leonardo Di Caprio et toute la compagnie ont gravi les marches du Palais.

Un festival qui s’annonce dément

Quinzaine pluvieuse, quinzaine heureuse ? Ici, personne n’en doute et rien n’empêchera les festivaliers d’accomplir le rituel désormais institutionnalisé : flâner sur la Croisette, fouler le tapis rouge, monter les marches et s’éclater la nuit venue à la Villa Schweppes. Films à gogo, avalanche d’artistes et soirées de folie au son des meilleurs musiciens du moment. Demandez le programme d’une édition que tous prédisent déjà comme exceptionnelle. Chaussures lustrées, tenue de parade enfilée et motivation au sommet : tout le monde est fin prêt à jouer sa star.

La Villa Schweppes : le haut lieu de la fête et des soirées cannoises

Côté fêtes, vous le savez déjà sûrement, c’est à la Villa Schweppes que ça va se passer. L’étape obligée et régulière de tous les festivaliers connectés. Comme cela dure souvent toute la nuit, rassurez-vous, des cours de yoga sont aussi proposés en journée pour faire passer le mal de tête. Hier soir, histoire de se mettre bien d’emblée, c’est Acid Washed, duo house français parfait, qui a lancé les hostilités. C’est simple : presque tout le monde était déjà là : André de la Clique ; la team du Grand Journal avec Mouloud, Vincent Glad, Sébastien Thoen et Augustin Trapenard ; les DJ’s Greg Boust, Naughty J et Kavinsky. On a d’ailleurs retrouvé ce dernier un peu plus tard aux commandes du Vip Room pour un set mémorable. Avant de finir la nuit au Baron une nouvelle fois délocalisé mais dans un lieu à capacité très limitée cette année. Dans la guerre qui risque, semble t-il, d’opposer pendant plusieurs jours le mauvais temps au sacro-saint esprit de fête Cannois : la première bataille est gagnée.

Une chronique de Monsieur B.