Sky Ferreira, nouvelle icône grunge

Sky Ferreira, nouvelle icône grunge

By Marine Normand
23 Jan 2014

Le 29 janvier prochain, la nouvelle idole pop que la planète indé s'arrache se produira sur la scène du Nouveau Casino, entre deux provocations.

On aurait bien aimé mieux vous la présenter : nous avions à l'occasion de sa première venue en novembre dernier pour le Pitchfork Music Festival, programmé une interview. Malheureusement, la jeune femme et son manager ont du la reporter une bonne demie-douzaine de fois. On a donc préféré laisser tomber.

Sky Ferreira attire actuellement tous les regards. Dernièrement en couverture de Technikart, elle avait déjà fait souffler un vent de coolitude en apparaissant à 17 ans dans le clip d'Uffie, " Pop The Glock ". Une montée de hype qui avait continué avec son single " Everything is embarrassing ", dont le clip avait été signé par le sulfureux Terry Richardson. Tignasse décolorée-brulée et moue boudeuse, elle nous faisait déjà comprendre que tout lui passait au dessus de la tête.

En 2013, la chanteuse/actrice/mannequin originaire de Los Angeles sortait son premier opus, Night Time, My Time, dans un vent de controverse. Sky Ferreira venait en effet de se faire arrêter en compagnie de son petit ami Zachary Cole, le leader de DIIV, en possession de drogues. Comme Madonna dans les années 80, la jeune femme n'hésite pas à jouer la carte de la provocation. Sa pochette est signée Gaspar Noë le réalisateur d'Irréversible, et la présente sous la douche, le mascara dégoulinant et nue, fragile et désemparée comme un petit châton trempé par la pluie qui attend qu'on lui ouvre la porte.

Les premiers singles sont néanmoins efficaces. " You're not the one " est formatée pop vintage et redouble d'efficacité sur la piste de danse. Le second " Night Time, My Time ", bien que très bien produit, nous fait déjà plus flipper. Lugubre, lancinant, quasi cauchemardesque, ce morceau sonne comme le glas et nous met plutôt mal à l'aise. A l'image de ses récentes interviews où la chanteuse semble un peu perdue.

Allez, Sky, on reprend un peu du poil de la bête. Ca serait bête de s'être rêvée en Madonna et de finir en Courtney Love.

Derniers
articles
Scène internationale

Les
pluslus

Lespluspartagés