Sean Lennon :

Sean Lennon : "Je suis ravi du retour du psyché, la musique était devenue tellement ennuyeuse"

By Mathilde Kichenama
25 Août 2014

C'est dans les loges que l'on a rencontré le très sympathique Sean Lennon et sa compagne Charlotte Kemp Muhl, alias The GOASTT, venus présenter leur album Midnight Sun à Rock en Seine.

Villa Schweppes : Première fois à Rock en Seine ?

Sean Lennon : En fait, j'ai déjà joué à Rock en Seine à l'époque de mon premier album solo mais c'était il y a... 7 ans quelque chose comme ça. Donc ça fait un bail !

D'abord, pouvez-vous nous expliquer ce que signifie The GOASTT ?

Sean : C'est notre nom de scène, ça veut dire The Ghost Of A Saber Tooth Tiger ("le fantôme du tigre à dents de sable" il le dit en français avec un très bon accent). C'est Charlotte qui a imaginé une pièce intitulée comme ça alors qu'elle n'avait que 7 ans. Elle l'avait conservée dans sa chambre et j'ai trouvé le titre tellement joli et surréaliste que je lui ai proposé de monter un groupe ensemble et de l'appeler comme ça. On ne réalisait pas que ça allait devenir une vraie carrière...

Charlotte Kemp Muhl : oui, c'est vrai qu'au départ on ne prenait pas ça au sérieux et après on a commencé à vraiment écrire des chansons.

Comment vous sentez-vous à quelques heures de votre concert ?

Sean : Nerveux et fatigué. On arrive juste de New York et on a fait un arrêt en Suisse à Lausanne pour un concert. On est arrivés à Paris en bus et pour ma part je n'ai pas fermé l'oeil de la nuit.

Charlotte : Moi aussi je suis fatiguée mais je crois que quand je stresse, c'est comme cela que mon corps l'exprime, par la fatigue. Lui (Sean), il boit de l'alcool alors il ne se rend pas compte du stress !

Sean : C'est la méthode Serge Gainsbourg ! (rires)

Fonder The GOASTT est-il une manière pour vous de faire perdurer l'héritage de votre père ?

Sean : Non, du tout. L'héritage de mon père n'a pas besoin d'aide à vrai dire... Mais je pense que c'est grâce à lui que je fais de la musique. Je fais ce que mon père a fait comme beaucoup de gens !

Charlotte : On a fondé The GOASTT pour trainer ensemble et faire de la musique c'est tout. Si on ne faisait pas ça, on produirait des films ou on ferait du design, on adore ça ! Je pense que dans le futur, on fera des films.

Vous êtes deux grands amoureux de mode. Imaginez-vous un jour vous lancer dans un vrai projet de mode, collaborer avec une griffe ?

Charlotte : Sean fait déjà ses propres vêtements ! Pour ma part je ne supporte plus l'industrie de la mode. J'ai été mannequin dès l'âge de 12 ans et vous savez, la mode n'est pas aussi créative qu'on le croit. Ce sont toujours les mêmes gens, les mêmes idées. Il n'y en a que pour l'argent aujourd'hui. Je referais de la mode si je pouvais tout gérer. Etre dépendant de la vision des autres ce n'est plus pour moi.

On retrouve beaucoup la french pop des années 60 dans vos chansons. Quel est votre relation avec cette époque que vous n'avez pas connu ?

Sean: En fait, j'ai été à l'école en Suisse donc ça m'a ouvert à des artistes comme Serge Gainsbourg ou Jean-Claude Vannier. Et puis quand on s'est rencontrés, on s'est rendus compte qu'on écoutait beaucoup d'artistes classiques français tels que Debussy. On a aussi pas mal de connexions en France donc ça doit expliquer tout ça. On aime le romantisme français et le soin que mettent les Français dans la composition de leurs textes.

Midnight Sun est beaucoup plus rock, pourquoi ce choix ?

Sean: On a toujours voulu faire du rock mais ça nous a pris du temps. On était très occupés chacun de notre côté. On a chacun notre label, moi je produisais l'album de ma mère. C'était plus facile de nous faire connaître avec de la folk en fait.

Vous faites beaucoup de psyché. Que pensez-vous du récent engouement autour de ce genre ?

Sean: On est vraiment surpris parce que nous on travaille sur cet album depuis trois ans et quand il est sorti, il y avait une foule d'autres groupes qui faisaient aussi du psychédélique. Donc c'était un choc. Un bon choc ! La musique était tellement ennuyeuse ces dernières années. Ça fait du bien.

Charlotte : C'est comme un mouvement ! Je pense qu'aucun groupe ne l'avait prévu. Je trouve ça cool que les gens s'intéressent à nouveau aux années 60.

Quels sont les artistes folk qui vous inspirent ?

Sean : Hum ... Simon & Garfunkel, Linda Perhacs, aussi d'anciens artistes anglais comme Jean Redpath. Nike Drake et bien sûr, Leonard Cohen. Charlotte l'adore.

Comment définiriez-vous votre style ?

Charlotte: On est carrément obsédés par le style Victorien.

Sean : Moi ma plus grande inspiration, c'est Aleister Crowley. C'était en quelque sorte un sorcier des années 30. C'est fou parce que plus mes cheveux poussent, plus je me dit que j'ai envie de ressembler à un sorcier ! Charlotte, c'est un mix de Jane Eyre et de cannibales sauvages vivant terrés dans les forêts !

Charlotte : C'est vrai, j'ai beaucoup de colliers en os ! J'en ai même avec des queues de renard, j'ai aussi des pattes de poulet et un sac à main en peau de grenouille. Je sais, c'est très bizarre. (rires)

Une chanson guilty pleasure ?

Sean : Pas vraiment, si j'aime une chanson je n'en ai pas honte. Par exemple, j'adore l'album de George Michael Faith. Je trouve que c'est un chanteur fabuleux. "Careless Whisper" est une de ses chansons que je préfère.

Charlotte : Le groupe System of a Down, j'ai vraiment honte de le dire. Je ne les aime plus maintenant.

Avez-vous découvert des artistes récemment ?

Sean : On adore Temples et St. Vincent dans les nouveaux artistes mais sinon je découvre plus d'anciens artistes en ce moment.

Avez-vous des hotspots à Paris ?

Ensemble : L'Hôtel Amour ! On adore trainer là-bas.

Charlotte : J'adore aussi la Brasserie Wepler (17ème). J'aime beaucoup y manger.

Quelque chose qu'on ne sait pas sur vous ?

Sean : Les gens ne savent pas à quel point Charlotte a du talent. Souvent, ils pensent que c'est juste une fille qui m'accompagne sur scène mais ils ne se rendent pas compte à quel point elle bosse pour le groupe. Avant de me rencontrer les gens pensent aussi toujours que je suis un gros con... alors qu'après ils me disent "eh mais tu es un mec cool en fait".

Charlotte : Ça c'est le nom, Lennon. Les gens pensent que tu es un pourri gâté ! Rires.

Midnight Sun (Chimera Music) sorti le 29 avril 2014
Site officiel

Derniers
articles
Actus musique

Les
pluslus

Lespluspartagés