Rencontre avec Dave, disquaire à l'International Records

By Marine Normand
20 Avr 2013

Rencontre avec Dave, disquaire à l'International Records @DR

Rencontre avec Dave, disquaire à l'International Records

Dave de l'International Records

Rencontre avec Dave, disquaire à l'International Records @DR, Mathilde Kichenama

Rencontre avec Dave, disquaire à l'International Records

Une pluie de vinyles à l'International Records à l'occasion du Disquaire Day !

Rencontre avec Dave, disquaire à l'International Records @DR, Mathilde Kichenama

Rencontre avec Dave, disquaire à l'International Records

L'intérieur de L'International Records

Rencontre avec Dave, disquaire à l'International Records @DR, Mathilde Kichenama

Rencontre avec Dave, disquaire à l'International Records

Les bacs de l'International Records

Rencontre avec Dave, disquaire à l'International Records @DR, Mathilde Kichenama

Rencontre avec Dave, disquaire à l'International Records

L'International Records

Situé à Oberkampf, presque en face de l'International, L'International Records est un jeune disquaire plein de bons sons. A l'occasion du Disquaire Day, qui aura lieu samedi 20 avril, nous sommes allés poser des questions à Dave, l'heureux co-gérant de la boutique, qui nous a donné de très bons conseils pour nos procha

Situé à Oberkampf, presque en face de l'International, L'International Records est un jeune disquaire plein de bons sons. A l'occasion du Disquaire Day, qui aura lieu samedi 20 avril, nous sommes allés poser des questions à Dave, l'heureux co-gérant de la boutique, qui nous a donné de très bons conseils pour nos prochains coups de coeurs musicaux. Allez, on est sympa. On les partage avec vous.


OnVillaNuit : Comment es-tu devenu disquaire ?

Dave : A la base, je suis journaliste. J'ai beaucoup écrit sur la musique : j'ai même un blog avec mon associé qui s'appelle "Des oreilles dans Babylone" et qui existe depuis maintenant sept ans. Comme je suis ami avec les gens qui possèdent l'International, on a eu l'idée de monter ce projet ensemble. Un local était libre en face du bar : cela permettait de faire quelque chose d'assez cohérent.

OnVillaNuit : Pourquoi avoir choisi de distribuer du vinyle ?

Dave : Nous sommes des passionnés de vinyle depuis plusieurs années et le CD est en perte de vitesse depuis un petit moment : il y a beaucoup de choses qui ne paraissent plus que sur vinyle. De plus, on a un bon tiers du magasin qui est consacré aux musiques électroniques, et c'est le support phare de ce genre musical. Et puis, évidemment, pour une question de son, de chaleur, et de beauté de l'objet !

OnVillaNuit : Quelle est la clientèle de l'International Records ?

Dave : Ce sont plutôt des gens bien renseignés, et puis, même si il y a peut-être un petit effet de mode, ce sont plutôt des gens assez calés. Je dirais que le client moyen est un homme entre 18 et 40 ans. Après tu as un profil de client en fonction des genres qu'ils affectionnent...

OnVillaNuit : Quelle est la couleur musicale de L'International Records ?

Dave : Nous avons fait le choix de traiter toutes les musiques actuelles. C'est une spécificité comparée aux autres disquaires parisiens, qui ont tous une spécialité. On s'est pas mal inspirés des disquaires londoniens. Là-bas, tu as beaucoup de disquaires assez généralistes mais qui restent très pointus. Tu peux repartir avec un disque de techno, de reggae, le maxi de tel groupe de rock indé, sans que cela soit sectaire.

OnVillaNuit : Est-ce qu'il ya des disquaires à Paris dont vous vous sentez proche ?

Dave : C'est sûr que l'on est assez proches de Ground Zero, ils ne sont pas très loin et nous sommes assez pop rock indé comme eux. On connait bien Frank en plus (que nous avions interviewé à l'occasion de l'ouverture de Nationale 7), c'est un ami. Après, il y a des disquaires que j'apprécie beaucoup à Paris, mais qui n'ont pas forcément de rapport avec L'International Records. J'adore Superfly Records (53 rue Notre Dame de Nazareth, 75003 Paris) et Betino's Record Shop, mais c'est parce que j'ai un petit faible pour les musiques black.

OnVillaNuit : Quels sont pour toi les labels à suivre ?

Dave : Au niveau des rééditions, je conseillerais Light in the Attic. En musique électronique, il y a Ostgut Ton pour la techno, Rotters Golf Club. J'adore aussi ESP Institute, Golf Channel Recordings... En rock indé, il y a Sacred Bones, en label français on est très Teenage Menopause, Born Bad Records, XVIII Records, du bon garage. Le label parfait pour les rééditions de musiques de film, c'est Death Waltz.

OnVillaNuit : Et les artistes à suivre ?

Dave : -DJ Koze, qui a fait un superbe album, c'est de la musique électronique très fantaisiste qui mélange un peu tout, de l'électro, de la house de la techno.

- Le Suuns, que j'ai bien aimé en rock indé.

- Maurice Fulton, son album sous le nom de "Cyclops", très futuriste et vachement bien.

- KPM : ce sont des inédits d'illustrations musicales pour la télévision. Des morceaux funky, un peu bizarres, qui durent maximum deux minutes, petites vignettes assez sympathiques.

- En pop psyché, Jacco Gardner, qui a bien marché.

Et puis évidemment, Foxygen, Unkonwn Mortal Orchestra...

L'artiste sur-côté de cette année ?

Dave : Le Jamie Liddell que je n'ai pas trouvé très bon. Il y a quelques mois est sorti aussi le Animal Collective, et, bien que j'adore ce groupe, j'ai été assez déçu. Le Oxmo Puccino aussi. J'aime beaucoup cet artiste, mais cet album est beaucoup trop France Inter...

OnVillaNuit : Les albums qu'il faut avoir chez soi dans l'absolu ?

Dave : -Un disque en trio de Thelonius Monk

- "A Love Supreme" de Coltrane

- "Les nocturnes" de Chopin

-"L'homme à la tête de chou" ou "Melody Nelson" de Serge Gainsbourg

OnVillaNuit : Une perle que personne ne connait ?

Dave : Un album de Donnie et Joe Emerson. Ce sont deux frères qui font un peu de la pop de yacht, c'est un peu genre "La Croisière s'amuse", mais c'est très cool.

OnVillaNuit : Quelque chose s'organise à l'International Records pour le Disquaire Day ?

Dave : Des amis vont venir passer des disques, et on va recevoir une partie de tous les exclus prévues pour cette journée. C'est le principe des Disquaires Day : 200 références en tout que seuls les disquaires indés vont recevoir, en album ou en single, de morceaux vintages comme les Doors, Brigitte Fontaine ou des choses vraiment récentes comme Django Django.

Rendez-vous le 20 avril !

Propos recueillis par Marine Normand

L'International Records
12 rue Moret
75011 Paris
Le site de L'International Records

Derniers
articles
Portraits

Les
pluslus

Lespluspartagés