Rencontre avec Benjamin Diamond

Rencontre avec Benjamin Diamond

By Marine Normand
10 Juin 2013

Son nom ne vous est pas inconnu. Benjamin Diamond est la voix derrière "Music Sounds Better with you" de Stardust, sorti en 1998 et composé d'Alan Braxe et Thomas Bangalter des Daft Punk . Après ce succès international, le chanteur sort le 3 juin un EP, "Love Overdose", à l'univers radicalement différent. Toujours élec

Son nom ne vous est pas inconnu. Benjamin Diamond est la voix derrière "Music Sounds Better with you" de Stardust, sorti en 1998 et composé d'Alan Braxe et Thomas Bangalter des Daft Punk . Après ce succès international, le chanteur sort le 3 juin un EP, "Love Overdose", à l'univers radicalement différent. Toujours électronique, mais plus mélancolique, cet opus nous laisse présager le meilleur. Nous sommes allés à la rencontre de cet artiste, toujours prêt à conquérir de nouveaux territoires.

La Villa Schweppes : Comment présenter ce nouvel EP , " Love Overdose ", qui est très différent de ce qu'on pourrait attendre normalement de Benjamin Diamond ?

Benjamin Diamond : J'ai monté un groupe il y a deux ans avec un musicien, et ça n'a pas fonctionné. J'avais posé des textes en français de manière assez instinctive. Au final, j'ai terminé seul les morceaux, et ça a donné cet EP. C'est vrai qu'il sonne différemment de ce que j'ai pu faire précédemment, mais j'ai toujours souhaité faire des choses différentes depuis une dizaine d'années. J'avais fait de plus un maxi il y a quelques années sur le label Kompakt, qui s'appellait "Solitaire", réalisé pour les défilés d'Hedi Slimane pour Dior. Il ressemble un peu à cet EP, et j'avais eu beaucoup de bons retours.

Pourquoi avoir choisi de chanter en Français ?

Je crois que, pour moi, le chant en français est vraiment un (heureux) hasard. Mais c'est un exercice difficile qui peut vite virer "variétés". C'est pour ça que j'ai choisi de rester assez minimaliste. C'est une manière de pouvoir exprimer les choses différemment. Pour cet opus j'ai essayé de raconter des petites histoires...

Il y a une certaine mélancolie dans cet EP...

Ce n'est pas triste, -attention c'est un peu cliché ce que je vais dire-, mais c'est un petit peu plus " profond ". Forcément, quand tu écris dans ta langue, tu pars dans autre chose. J'ai écrit des textes un peu légers en anglais pendant des années. Pour cet opus, je suis parti sur un fait divers, la course poursuite de Florence Rey, et j'ai écrit les paroles d' " Assassin Assassine ". J'ai été inspiré par cette histoire, et pas mal de morceaux rejoignent cette idée-là. Effectivement, ce n'est pas très joyeux, mais ce n'est pas déprimant non plus. C'est un regard un peu brut sur les choses.

En lisant ta biographie, il nous semblait sentir un petit ras-le-bol du monde de la house...As-tu l'impression d'en avoir fait le tour ?

Oui et non. Il y a saturation de plein de choses, mais ce n'est pas un ras le bol. J'ai démarré avec la musique électronique et j'ai ensuite fait deux albums assez orientés pop. Les Daft Punk ont fait le contraire, en commençant par la musique électronique et maintenant un album pop. Je pense que la caverne de la French Touch, avec tout ce qui l'y avait à l'intérieur, a été un peu pillée. Il faut changer d'endroit. C'est ce qu'ont fait les Daft, d'une certaine manière. Pour ma part, j'essaie de ne pas me poser de questions, d'avancer et de faire de la musique.

Comment s'annonce la fin de l'année ?

J'essaie de terminer mon album pour janvier. Un autre EP devrait sortir en octobre, avec des remix du précédent signés Michael Mayer, que j'aime beaucoup, et un remix de Yuksek. Ce sont des artistes qui ont, d'après moi, un point de vue assez intéressant sur la production. Je fais aussi un concert le 20 juin dans la Galerie W, rue Lepic. Le soir même, on organise une release party au Wanderlust où je vais mixer. Je vais faire aussi pas mal de lives à la rentrée....Programme chargé !

Quelles sont tes bonnes adresses ?

Je vais souvent au Tape, à Bastille, ce sont des amis. J'aime beaucoup aussi manger des tacos au Candelaria, on s'y sent comme au Mexique. Le Nüba et le Wanderlust sont aussi des adresses très cools, quand il fait beau...

Ton meilleur souvenir de soirée ?

Un de mes meilleurs souvenirs, c'est une tournée qu'on a fait en 2009 au Japon. On avait joué à Osaka avec Dimitri from Paris dans un club pour une soirée Playboy, c'était incroyable. Les gens qui étaient avec moi se reconnaitront et s'en souviendront...

Le meilleur partenaire de soirée ?

Je dirais David Vincent du groupe DSL. Mais cela peut être le pire acolyte comme le meilleur, ça dépend du soir...

Le morceau qui tourne en boucle en ce moment chez toi ?

Il y en a plusieurs. "Sur la planche", de la Femme, évidemment. Sinon l'album de Major Lazer est complètement dingue, notamment le morceau "Bubble Butt".

Love Overdose
EP disponible depuis le 3 juin 2013
Le soundcloud de Benjamin Diamond

Derniers
articles
Portraits

Les
pluslus

Lespluspartagés