Quel avenir pour le monde de la nuit et de la fête ?

Quel avenir pour le monde de la nuit et de la fête ?

By Antoine RUIZ
22 Mai 2020

Il n'est un secret pour personne que le monde de la nuit festive, et de la culture en général, ont pris un sacré coup de massue à cause de la pandémie de coronavirus. C'est pourquoi aujourd'hui, les collectifs, labels, artistes et associations se regroupent et cogitent pour envisager l'avenir de la fête... On vous fait un petit état des lieux des initiatives prises.

"Sauvons La Fête" : la lettre des acteurs de la fête alternative au Ministre de la Culture

Sous l'impulsion de l'association Technopol – à qui l'on doit la fameuse Techno Parade – un sondage, intitulé "Sauvons La Fête" et destiné aux artistes et professionnels, a été initié pour mesurer les dommages du Covid-19 pour le secteur de la fête (évidemment économiques...). Ce même sondage s'est finalement transformé en lettre adressée directement au Ministre de la Culture, avec au total 120 cosignataires dont des collectifs (comme Entente Nocturne, Hors-Sol, Subtyl, Possession, La Quarantaine, Spectrum, La Mamie's...), des labels (Maison Close Records, Hard Fist...), des lieux festifs (Sierra Neon, Macadam, Velvet Moon...) mais aussi de nombreux artistes (Lea Occhi, La Fraicheur, Leonard de Leonard...). Que du beau monde, donc !

L'objectif ? Débloquer une levée de fonds pour soutenir les différents acteurs les plus touchés. Comme chez nos voisins les Allemands, grosso modo !

"Danser demain" : la table ronde virtuelle pour réinventer la fête

"Danser demain, pensez ensemble" : tel est le motto de la table ronde virtuelle initiée également par Technopol. Le principe ? Organiser des conférences, échanges et débats réunissant DJs, organisateurs de festivals, propriétaires de clubs, chercheurs, philosophes, écrivains... tous réunis (virtuellement) avec pour objectif de repenser la fête, aux lendemains de la crise sanitaire. Un esprit qu'il nous tarde d'ailleurs de retrouver...

La première édition s'est tenue le samedi 9 mai, en compagnie d'invités de prestige comme le DJ Dave Clarke, le "maire de nuit" d'Amsterdam Mirik MIlan, le scénographe Jean-Christophe Choblet mais aussi des collectifs Spectrum, Myst, La Horde ou encore celui aux commandes du festival Château Perché. Un deuxième volet sera annoncé prochainement !

Un mouvement en faveur de l'indépendance de la culture en France

Arty Farty, l'organisation derrière notre cher festival des Nuits Sonores (qui nous manquera cette année), lançait en mars un "appel des indépendants", d'abord adressé à la ville de Lyon, puis aux pouvoirs publics par la suite. Des festivals, des clubs, des associations, des médias... plus de 500 structures à travers le pays ont alors rejoint le mouvement en faveur d'un soutien public aux acteurs culturels indépendants (DJs, manageurs, bookers, techniciens, organisateurs...). Prochaine étape ? La tenue d'états généraux de la culture visant à garantir de nouvelles bases pour le secteur, axées autour de l'indépendance et de la diversité. Parce qu'en ces temps difficiles, on se doit de faire bouger les choses ! Tout ça évidemment pour que l'on puisse continuer de faire la fête sereinement dès lors que toutes les restrictions sanitaires seront levées...

Derniers
articles
Unexpected

Les
pluslus

Lespluspartagés