PNL a plané sur We Love Green

By Tawfik Akachar
06 Juin 2016

PNL a plané sur We Love Green @Tawfik Akachar

PNL a plané sur We Love Green

PNL au We Love Green 2016

PNL a plané sur We Love Green @Tawfik Akachar

PNL a plané sur We Love Green

PNL au We Love Green 2016

PNL a plané sur We Love Green @Tawfik Akachar

PNL a plané sur We Love Green

PNL au We Love Green 2016

PNL a plané sur We Love Green @Tawfik Akachar

PNL a plané sur We Love Green

PNL au We Love Green 2016

PNL a plané sur We Love Green @Tawfik Akachar

PNL a plané sur We Love Green

PNL au We Love Green 2016

PNL a plané sur We Love Green @Tawfik Akachar

PNL a plané sur We Love Green

PNL au We Love Green 2016

PNL a plané sur We Love Green @Tawfik Akachar

PNL a plané sur We Love Green

PNL au We Love Green 2016

PNL a plané sur We Love Green @Tawfik Akachar

PNL a plané sur We Love Green

PNL au We Love Green 2016

Le duo PNL a créé l'événement sur la scène du We Love Green samedi dernier avec son tout premier live majeur en France. Un moment fort qu'on décortique...

C'était la surprise de la programmation du festival We Love Green : PNL est programmé début juin au Bois de Vincennes pour ce qui deviendra, si le live a lieu, leur première grande scène en France.

Samedi 4 juin, peu avant 20h, sur la scène de la Prairie au We Love Green, les ingé-son testent les micros vocodés, le DJ du groupe balance quelques lourdes instrumentales, comme pour annoncer la couleur... Le duo débarque sur scène, tout de blanc vétu, joint au bec et lunettes devant les yeux. Les deux frères sont sur une autre planète, en un an, ils en ont parcouru du chemin... "Rien n'a changé la famille, sauf qu'on ne visser plus maintenant" plaisantera N.O.S. entre deux chansons...

PNL a plané sur We Love Green

Nos de PNL au We Love Green 2016

De l'ombre à la lumière

En un an, le duo a connu une ascension remarquable : Que La Famille, leur premier projet commun les fera passer de l'ombre à la lumière en mars 2015, mais c'est bel et bien leur deuxième opus, Le Monde Chico, sorti le 30 octobre de la même année, qui fera entrer Ademo et N.O.S. dans la cour des grands. Une cour dans laquelle il est extrêmement rare de perdurer en indépendant... Et pourtant, depuis que Tarik et Nabil ont abandonné leurs carrières solo pour embrasser un futur à deux, tout semble leur sourire : disque d'or quatre mois après la sortie d'un second album, ils sont le groupe bankable du moment ; les clubs et programmateurs se les arrachent. Autre métrique importante, sur YouTube, le groupe avoisine les 220 millions de vues, un indicateur qui ne trompe pas.

"Rien n'a changé la famille, sauf qu'on ne visser plus maintenant"

Leur musique est un savant mélange entre le sombre vécu de jeunes de quartiers désabusés et les atmosphères planantes que l'on retrouve sur les scènes de Chicago où de Houston aux Etats-Unis. Le duo emprunte d'ailleurs l'acronyme "QLF" au rappeur Lil Durk, porte drapeau de "OTF" (only the family / que la famille en français, ndlr) et gros bonnet de la scène chicagoan.

La violence est présente, la douceur aussi. PNL c'est une oxymore, une façon de rapper un désespoir animé par l'envie de briller. Peace N Lovés aime parler de paix, de billets, et parfois de l'illicite guerre qui accompagne cette quête. Il est par ailleurs impossible de parler du duo sans évoquer leurs nombreuses références pop ; de Disney à Scarface, en passant par Nabila et Vegeta.

Leur plus grosse arme : le marketing de la rareté

Rarissimes dans les médias, la seule "trace" que l'on puisse avoir du groupe, c'est un "passage" sur Planète Rap de Skyrock... Le duo ne se déplace pas, mais y envoie son entourage et chaque jour, transforme le studio pour le faire ressembler à une extension de leur univers. Comme si PNL invitait Skyrock, et pas l'inverse.

La communication du groupe est simple et gérée de l'intérieur. Leur entourage : un cercle fermé qui ne s'est pas élargi depuis l'anonymat et qui s'étend de Casper à Kamerameha et Mess. En novembre dernier, le groupe, programmé au Printemps de Bourges pour le mois d'avril décide d'annuler. La direction du festival ne comprend pas ce qui se passe et le groupe, publiquement reste très discret sur le sujet. Avec le recul, la décision a du sens : le duo préfère rester dans une dynamique et enregistrer un nouvel album ; livrer de nouveaux visuels, plutôt que de passer directement - peut-être trop tôt - dans une logique de tournée et de scènes importantes.

Il ne fallait pas les râter, on ne les voit jamais

Le mois de juin 2016 finit par arriver et le groupe n'a pas annulé. Certains sont venus au We Love Green uniquement pour les voir performer en live sur le première scène française majeure. C'est par exemple le cas de Franck et de ses deux enfants. Ce père de famille toulonnais a réservé ses places il y a quatre mois et il a parcouru la veille les quasi 900 kilomètres séparant le Bois de Vincennes de Toulon : "On est venus en voiture de Toulon, c'est mon petit qui voulait les voir, et il ne fallait apparemment pas les râter, on ne les voit jamais !".

Le concert le plus attendu de We Love Green

Un deejay, des instrumentales et la scène. Devant un pareil parterre, loin d'être composé de connaisseurs, il aurait pu être facile pour le duo de se planter... On attendait une installation musicale particulière, mais le groupe a prouvé qu'il n'a pas besoin de plus pour s'exprimer. Alors, certes, on peut émettre quelques critiques quant à cette mise en scène minimaliste mais il faut souligner une chose, et c'était palpable samedi dernier au Bois de Vincennes : c'est qu'une telle célébrité, aussi soudaine, et les performances qui vont avec sont nouvelles pour le groupe, donc forcément maladroites. On n'est pas certain qu'une plus grosse mise en scène instrumentale soit une véritable aide pour un groupe qui pour son premier album utilisait des beats chippés sur le net.

PNL a plané sur We Love Green

Ademo de PNL au We Love Green 2016

La dernière fois qu'un groupe avait créé pareille sensation remonte à quelques années déjà. 1995 était de ceux là, mais la suite a été pour certains membres un peu plus compliquée. Là, le duo semble plus prudent, plus lucide aussi peut-être : "Le prends pas mal, mais j'ai pas d'amour. Le public je m'en fous, je sais qu'il me lâchera. Ah gars profite de c'que j'te donne, surveille ta folle, la mode passera" lâchait d'ailleurs amèrement Ademo devant la foule du festival, sur "Le M", avant de poser la question : "on veut le monde, chicos et chicas, on l'a bientôt ?".

Derniers
articles
Musique

Les
pluslus

Lespluspartagés