Matthias Picard, le dessin derrière le rêve de -M-

By Tawfik Akachar
13 Nov 2015

Matthias Picard, le dessin derrière le rêve de -M- @Matthias Picard

Matthias Picard, le dessin derrière le rêve de -M-

La B.O.² M dessinée par Matthias Picard

Matthias Picard, le dessin derrière le rêve de -M- @R.Montfourny

Matthias Picard, le dessin derrière le rêve de -M-

Matthias Picard

Matthieu Chedid est notre rédacteur en chef invité. Il a tenu à poser quelques questions à son collaborateur et ami Mathias Picard, le dessinateur et auteur de leur dernier projet commun. Rencontre.

Matthieu Chedid : Comment résumerais-tu ton univers en un mot ?

Matthias Picard : Rencontres.

Villa Schweppes : Justement, comment s'est faite cette rencontre avec Matthieu ?

Matthias Picard : En avril dernier je reçois un coup de fil de Matthieu Chedid, on ne se connait pas, il a lu Jim Curious, mon précédent livre paru aux Editions 2024 et a envie de me faire écouter sa "B.O." car il trouve une connexion entre les deux univers. Il a l'air un peu timide au téléphone car c'est un projet fou qui n'a rien à voir avec ses albums précédents, cette impression première me rend curieux. Tous les soir pendant une semaine avant de m'endormir je fais une écoute de la musique, allongé, avec un casque et surtout dans le noir, ça m'a paru assez évident comme conditions. J'ai commencé à dessiner des trucs sur mon ordi portable avec une palette graphique. Comme la pièce était plongée dans l'obscurité l'écran me permettait de voir mon dessin mais pour ne pas être dérangé par la luminosité j'ai travaillé sur fond noir.

Des formes sont apparues, très abstraites, un personnage volant... A qui appartient ce personnage : à lui, à moi, je ne sais pas vraiment. J'ai envoyé ces dessins à Matthieu qui s'est transformé en petit garçon découvrant ses cadeaux de Noel. Je me suis senti magicien, celui qui réalise les rêves. Quoi de plus emballant pour démarrer un livre ?

Parfois j'aime me dire que j'avais commencé le livre avant que Matthieu ne m'appelle.

Villa Schweppes : Et qu'est-ce qui t'a plu dans son univers et ses expérimentations sonores ?

Matthias Picard : D'abord l'idée même qu'un artiste accompli, avec une histoire, un public énorme et des fans qui puissent un jour décider de changer de format, et se laisser aller à des expérimentations au risque d'être déçus ; ça m'a plu, je trouve la démarche belle et simple.

Et puis on retrouve le jeu, avec un "u" en plus, celui qui permet de s'oublier un peu, sans but, sans jugement. C'est très important pour moi. La musique est issue de performances sous contraintes enregistrées en studio et mixées en direct, rien n'était prévu ou écrit à l'avance. Matthieu a cherché à lâcher prise en vivant cette expérience de création, je me suis complètement retrouvé là dedans.

Matthias Picard, le dessin derrière le rêve de -M-

Extrait de La B.O² -M-

On sent qu'il s'amuse avec ses musiciens Brad, Lawrence et Charly, ils prennent des risques et explorent de nouveaux sentiers. En création si on se laisse vraiment aller il se passe toujours un truc, je crois qu'on n'a pas besoin de tout contrôler pour créer et qu'on peut faire confiance au hasard. J'ai pris La B.O² -M- comme un immense terrain de jeu et j'en ai tiré un plaisir fou.

Pour ce qui est de la musique j'y ai trouvé beaucoup de contrastes, des ambiances planantes et infinies, des inquiétudes et des détails minuscules. Le morceau dure une demie-heure et impressionne d'abord pas sa densité, sa richesse. Puis des images et surtout des couleurs sont venues toutes seules, mon oreille à enregistré des sons. C'est là qu'ont resurgit les personnages qui s'étaient révélés dans mes carnets : L'homme volant, les femme géantes, une jungle et l'océan, tout ça prenait sens. Parfois j'aime me dire que j'avais commencé le livre avant que Matthieu m'appelle.

Matthias Picard, le dessin derrière le rêve de -M-

Extrait de La B.O² -M-

Matthieu Chedid : Quelle est ta couleur préférée ?

Matthias Picard : Disons qu'en ce moment c'est compliqué, il y a du jaune fluo et du orange, des bleus, des violets, du rouge hyper saturé et pas mal de vert. Le tout fait mal aux yeux.

Je n'aurais jamais imaginé faire un livre si rapidement. Désormais j'aimerais continuer comme ça.

Matthieu Chedid : Quelles sont tes 3 plus grandes sources d'inspiration ?

Matthias Picard : Je dirais, la gravure (Gustave Doré, Edouard Riou, Karel Zeman), quelques livres de voyageurs solitaires : Vendredi ou les Limbes du Pacifique de Michel Tournier, Don Quichotte de Cerventes, Alice in Wonderland de Lewis Caroll et Les Voyages de Gulliver de Swift, ce genre de choses. Je m'inspire aussi beaucoup de toutes les errances possibles, simples, lentes et sans but. Il y a toujours un surprise à la clé.

Villa Schweppes : On retrouve en quelque sorte l'ambiance de Jim Curious dans La B.O² -M- mais avec un trait plus épuré. Tu fais un lien entre ces deux créations ? C'est une continuité ?

Matthias Picard : Dans les deux livres il s'agit d'un voyage avec un point de départ et une arrivée. Je n'ai pas cherché intellectuellement à créer une continuité entre les deux mais elle est apparue d'elle-même. Graphiquement j'ai changé d'outil, dans Jim Curious j'utilisais un scalpel pour gratter de l'encre de chine sur du Rhodoïd (du plastique) et pour La B.O j'ai dérivé vers ces stylos habituellement utilisés par les adolescentes pour décorer leur agendas, du rose, du bleu de l'or, le liens graphique entre ces deux techniques visiblement différentes réside dans le choix support : un fond noir duquel apparait la lumière.
J'avais envie de jouer aussi, et d'expérimenter avec ce nouvel outil. La B.O pourrait se voir comme une suite de Jim Curious, tant elle décrit à travers le voyage d'un héros, l'exploration d'une forme graphique nouvelle, une vrai expérience de dessin.

Villa Schweppes : Tu aimerais retravailler avec Matthieu sur un projet plus "classique" ?

Matthias Picard : Je voudrais continuer à dessiner, à me surprendre et je suis ouvert à tout, du moment que je le sens bien.

Matthieu Chedid : Quel projet le plus fou qui pourrait t'inspirer aujourd'hui ?

Matthias Picard : Continuer de vivre en voyageant. Voilà bientôt un an que j'ai décidé de ne plus avoir de logement fixe, je voulais voir s'il était possible de dessiner dans ces conditions. Tu m'as appelé en avril dernier après trois mois de mouvement durant lesquels j'ai dessiné chaque jour dans mes carnets en cherchant à lâcher prise sur ma façon de sentir le dessin et la bande dessinée. Dans la musique que tu m'as fait écouter mi-avril il y avait tout mes dessins, c'était dingue. Je n'aurais jamais imaginé faire un livre si rapidement. Désormais j'aimerais continuer comme ça. Je ne sais pas ce qui va se passer, je ne veux rien savoir, seulement rester en mouvement.

Villa Schweppes : Pour finir, tu peux nous parler de tes projets en cours, ou alors de tes futures aventures dans le dessin ?

Matthias Picard : J'aimerais, pour mon prochain livre faire un petit fanzine, avec plein de couleurs et tiré à 50 exemplaires...

Matthias Picard, le dessin derrière le rêve de -M-

La B.O² -M-, disponible aux éditions 2024

Derniers
articles
Les Rencontres Villa Schweppes

Les
pluslus

Lespluspartagés