New

Les 10 personnes qui nous agaçent en club

Les 10 personnes qui nous agaçent en club

By Marine Normand
18 Sep 2013

En club, heureusement qu'il y a de la bonne musique et des cocktails sympas. Parce que sinon, on passerait son temps à hausser le ton face à des nazes. On a dénombré 10 types de gens qui nous énervent quand on a envie de tout donner sur le dancefloor.

En club, heureusement qu'il y a de la bonne musique et des cocktails sympas. Parce que sinon, on passerait son temps à hausser le ton face à des personnes prêtes à pourrir notre soirée. Des exemples ? On a dénombré 10 types de personnes qui nous énervent quand on a envie de tout donner sur le dancefloor.

Il a souvent ouvert les deux premiers boutons de sa chemise, est encore bronzé alors qu'on est en novembre, a mis son bazar dans son casque de scooter et grille tout le monde alors qu'on attend dans le froid depuis des heures. Bah oui, il connait le videur, il fait partie des "habitués". On s'en fiche, mais on imprime bien son visage pour renverser plus tard, par inadvertance, notre verre sur sa chemise immaculée.

Vous n'avez pas l'air assez cool, assez jeune, vous n'êtes pas assez branché, et votre métier n'est pas assez hype. Vous avez beau utiliser tous les arguments de votre répertoire (et du nôtre), le physio reste de marbre et vous demande de dégager le passage. Allez, ce n'est pas de sa faute, c'est son job, que voulez-vous. Retenez vous de lui hurler dessus et rentrez pleurer chez vous.

Une demi-heure que vous tenez votre sac et votre manteau pour les donner à la grande blonde qui machouille nonchalemment son chewing-gum. Une demie-heure au cours de laquelle elle n'a même pas remarqué votre présence. Vous finissez pas l'interpeller brutalement et elle vous regarde comme si vous étiez le dernier des hystériques. Allez, on respire un grand coup, on lui donne ses affaires en souriant et on prie pour qu'il y ait une justice et qu'elle chope des ampoules à force de rester debout.

C'est bon, vous êtes sur la piste et vous pouvez être fier de vous, le groove semble s'être immiscé dans chacun des pores de votre peau. Votre bassin a une vie propre et bizarrement, C'EST LE MEILLEUR MORCEAU QUE VOUS AYEZ ENTENDU. C'est toujours à ce moment que le DJ prend le micro, fait une annonce inutile et relance ensuite le morceau. Une fois ça va, mais l'incident se reproduit sporadiquement. LES MAINS SUR LES PLATINES ET ON SE TAIT, ON CASSE PAS MON GROOVE OKAY.

Alors ça, il les comprend, les petites demandes de la jeune beauté au gros decolleté appuyée contre le comptoir. Par contre, pour retenir votre Gin Tonic, il n'y a plus personne. C'est comme ça qu'on se retrouve avec une vodka orange alors qu'on déteste les agrumes et qu'il refuse de changer notre cocktail parce qu'il n'a "pas le temps". L'enfer existe pour des gens comme ça, vous savez.

La Jennifer Lopez (ou le Justin Timberlake) qui sommeille en vous s'est enfin réveillée, et vous voilà le/la leader du dancefloor. Pourtant, vous sentez que les regards ne se posent pas sur vous. Les yeux sont en effet dirigés vers la jeune femme qui pose ses mains partout sur son corps et qui frotte son arrière train sur tout, murs du club et inconnus compris. Le CSA serait là, il y aurait fort à parier qu'elle serait en crypté, mais vous ne pouvez pas changer de chaine. Un mauvais moment à passer.

"Eh salut tu viens souvent ici ?" Heu, ça m'arrive, oui. Bonne soirée ! "Attention t'as fait tomber quelque chose" Ah oui, où ça ? "Ton sourire héhé je t'offre un verre ?" Non c'est bon merci je viens de commander un cocktail "Mais tu peux pas me laisser comme ça c'est quoi ton prénom ?" Olala le relou. La solution ? On part l'air béat en faisant semblant de ne rien entendre à cause de la musique. Et on recule. On sourit, et on recule.

On sait qu'on ne devrait pas s'énerver contre ces personnes-là. Après tout, s'ils sont plus prévoyants que nous, c'est tout à leur honneur. Mais quand on se lève pour la quatrième fois parce que "la table est réservée", on aurait envie de faire comme quand on avait six ans et qu'on refusait de se lever pour faire un bisou à Mamie : "NAON, J'AI PAS ENVIE". Cet argument ne marche jamais, néanmoins. Et c'est bien dommage. Alors on bouge et on va s'asseoir ailleurs.

Des heures que vous faites la queue aux toilettes, sans grande avancée (il faudra d'ailleurs un jour nous expliquer pourquoi il n'y a que quatre wcs dans des clubs pouvant accueillir 800 personnes, mais c'est un autre problème). La raison ? Trois copines qui papotent, se remaquillent et bloquent évidemment l'entrée. On évitera le scandale, mais on ne se gênera pas pour tambouriner sur les portes comme une dégénérée.

On a mis trois heures à choisir notre tenue, on a essayé de ne pas mettre du rouge à lèvres sur nos dents, on s'est lissé les cheveux, on a essayé de ne pas faire de blagues trop lourdes, on envoie des signaux qui pourraient se voir dans le brouillard le plus épais, et rien n'y fait. Tant pis. Mais ça reste le genre le plus énervant, quand même.

Derniers
articles
Chroniques

Les
pluslus

Lespluspartagés