New

Le soir où... j'ai taxé une clope à Macaulay Culkin

Le soir où... j'ai taxé une clope à Macaulay Culkin

By Juliette Hautemulle
30 Juil 2014

La nuit, à Paris, il nous est tous arrivé des choses incroyables, comme ce soir où, lors d'un simple dernier verre au Floreal, Lisa s'est retrouvé à demander une cigarette à l'acteur de "Maman, j'ai raté l'avion".

"C'était mardi soir dernier à Paris. Après une grosse journée de boulot, ma collègue de chez Paulette, Marion (ndlr, Galtier), et moi-même décidons d'aller nous défouler en partant faire un petit footing dans le parc des Buttes Chaumont. Après 45 minutes d'efforts, on repasse finalement au bureau pour nous rafraîchir et nous changer avant d'aller boire le verre de la victoire au Floréal, notre QG.

Quelques instants plus tard, nous nous installons donc en terrasse, avenue Parmentier. On se commande deux verres de rosé bien frais, histoire de sustenter nos gosiers en manque de fraîcheur (il fait, ce soir-là, une chaleur bien moite). Derrière moi, trois personnes parlent un anglais US avec un accent qui sonne très L.A. Rapidement, l'alcool appelle la nicotine et je commence à trépigner sur ma chaise. Etant à sec côté cigarettes, je me retourne mécaniquement pour taxer ceux que j'imagine être des touristes en goguette mais là, surprise, je tombe nez à nez avec... Macaulay Culkin ! Oui oui, le fameux blondinet acteur de "Maman j'ai raté l'avion" et ami de Michael Jackson qui a accumulé des millions durant les 90's (ce qui a notamment provoqué l'implosion de sa famille). Me voilà donc face à face avec ce garçon tout droit sorti d'un roman de Bret Easton Ellis avec son visage affichant les abus en tout genre tel un palimpseste. Ses ongles sont rongés et étrangement vernis de rouge. Mi-homme mi-femme, il a la grâce de ces anges déchus montés très haut et descendus encore plus bas.

Il m'a adressé son sourire pâle d'éternel ado

Immédiatement, les photos de ses diverses arrestations par la police LAPD le présentant comme un maniaque hagard me reviennent en mémoire et je suis presque étonnée de le voir s'empresser de chercher spontanément une cigarette au fond de son paquet et de me la tendre en souriant.

"Thank you very much".
"You're welcome."

Et oui, je n'ai rien trouvé de mieux à lui dire que "merci". Mais que dire à une telle icône de toute façon ? J'ai donc fumé sa clope tranquillement, tandis qu'il continuait de discuter frénétiquement de ses divers projets en cours avec ses deux amis. Au moment de partir, je lui ai quand même adressé un signe de la main. Il m'a regardée, m'a adressé son sourire pâle d'éternel ado et puis j'ai disparu dans le métro."

Lisa,28 ans, directrice de la rédaction de Paulette, directrice conseil Maison Paulette et créatrice de la marque Maquis parisien

Derniers
articles
Le soir où...

Les
pluslus

Lespluspartagés