Le Mini Club de la Rotonde : l'étincelle qui enflamme Stalingrad

Le Mini Club de la Rotonde : l'étincelle qui enflamme Stalingrad

By Charles Crost
08 Août 2016

Si vous connaissez sans aucun doute son immense jardin et son resto, vous n'avez peut-être jamais fait attention au club qui se cache à l'intérieur de la Rotonde, le spot le plus hédoniste des bords du canal de l'Ourq. Petit point avec la programmatrice, Anne Derennes sur l'histoire du projet.

On y croise régulièrement les DJs d'Exploration Music, Vertv ou encore des Yeux Orange, qui ont pu y prendre leurs petites habitudes. Une billetterie abordable, une prog de famille : si vous êtes las d'un clubbing cher et de ses têtes d'affiches souvent redondantes, c'est au Mini Club de la Rotonde qu'il faut vous rendre, chaque week-end dès minuit.

Un clubbing alternatif et racé y est proposé, en lien direct avec les forces vives de la capitale. Alors que le lieu reste ouvert durant tout le mois d'août, avec notamment, Raphael Fragil, Tvfrom86 ou le Berlinois Akirahawks, c'était le moment ou jamais pour faire le point sur le projet avec Anne Derennes, la programmatrice des lieu.

Villa Schweppes : Le Mini Club existe depuis 2 ans maintenant. Quel a été le projet de départ, qu'est-ce qui a décidé la naissance du club ?

Anne Derennes : Quand je suis arrivée à la Rotonde il y a 3 ans il n'était pas vraiment question d'y faire de la nuit, au contraire le directeur, Renaud Barillet, avait plus dans l'idée d'en faire un lieu de vie et de valoriser la partie restauration. J'ai commencé à programmer des DJs en extérieur et dans le bar à vin, Le Refuge, pour animer et proposer un contenu artistique, ça a plutôt bien pris donc on a commencé à programmer tous les week-ends jusqu'à 2h.

A la rentrée 2014, il nous a paru évident avec mon directeur Mathieu Ardaillon qu'il y avait une vraie demande en terme de clubbing sur la Rotonde et le fait est que nous avions une salle vide au rez-de-chaussée, qu'on utilisait que très peu. On a donc commencé les travaux d'aménagement, trouvé le nom et c'était parti.

Comment as-tu pensé la programmation de ce club ? Comment l'as-tu fait interagir avec celle des open airs extérieurs ?

Anne Derennes : J'ai commencé par rappeler tous les DJs avec qui on avait travaillé sur les sets extérieurs et au Refuge, en leur parlant de l'ouverture du club et en leur proposant d'organiser des soirées. J'ai aussi travaillé avec Julia Lemaire de Phonographe Corp, notamment pour la soirée d'ouverture, et qui a désormais une résidence mensuelle. Ensuite ça a été beaucoup de démarchage, j'avais envie d'aller un peu à contre-pied des club gros format, donner la possibilité aux labels et aux collectifs de pouvoir faire des soirées sans pour autant booker un gros guest international pour être certains de remplir.

Je voulais aussi que la ligne soit un peu underground mais éclectique, j'aime me dire que dans une même soirée il peut y avoir des gros tubes disco, de la dub, de la techno ou encore de l'ambiant. Pour les open air, on en a surtout fait l'année dernière, malheureusement on a du arrêter cette année - à part quelques dates très occasionnelles. L'idée c'était que les promoteurs du soir fassent leur warm-up en extérieur tout simplement, l'occasion de passer des disques qu'ils ne jouaient pas forcément en club.

Le Mini Club de la Rotonde : l'étincelle qui enflamme Stalingrad

Le club de la Rotonde

Comment le club s'intègre-t-il parmi tous les autres espaces de la Rotonde ? Voit-on des gens dîner et filer faire la fête ensuite ?

Anne Derennes : Il s'y intègre plutôt bien. Son entrée est indépendante, ce qui rend l'accès plus facile. Effectivement ça arrive que des groupes du resto aillent y faire un tour, ainsi que les clients du Refuge. Tous les espaces se font écho à la Rotonde, on a un espace Galerie dans lequel on organise des petites expositions, des showcase, des ventes de vinyles. On a également ouvert un espace de co-working (avec des graphistes, des archi, une agence d'événementielle, des photographes, une marque de vêtement) au dernier étage, on bosse justement pas mal avec eux sur les soirées, par exemple avec Bon Village/Bon Esprit.

L'idée c'est d'être un lieu de vie dans lequel on peut aller manger un morceau, voir une expo, boire un verre en terrasse ou faire la fête. On souhaite que l'offre et les contenus soient les plus éclectiques possible pour séduire tous les publics.

Peux-tu nous raconter quelques-unes des fêtes qui t'ont le plus marqué ?

Anne Derennes : C'est difficile de choisir une soirée. Il y a plusieurs choses qui ont été marquantes dans les fêtes à la Rotonde. Toutes les soirées sur 2 étages avec Bon Esprit et Phonographe Corp déjà, étaient hyper intense en organisation. Il y avait 3 dancefloors, des heures de montage et de décoration. J'aime énormément l'état d'esprit de ces 2 structures qui se forcent toujours à aller plus loin dans la recherche de contenu, dans la création du line-up, dans la déco etc. C'est un plaisir de travailler avec eux.

Et pour le Miniclub il y 2 soirées qui se démarquent selon moi, la première soirée des Yeux Orange avec Vidal Benjamin en janvier 2015, c'était le tout début du club, la salle était blindée et l'ambiance était incroyable. Et le set de Phuong Dan au début de l'année 2016 invité par Huge et Ronin, je suis restée scotchée au booth pendant les 3 heures de set.

Le Mini Club de la Rotonde : l'étincelle qui enflamme Stalingrad

Phonographe Corp à la Rotonde

Qu'as-tu prévu pour la rentrée ? Y a-t-il de nouvelles résidences qui se préparent ? Des moments forts ?

Anne Derennes : Il y a pas mal de résidences qui vont perdurer : Play like the cops are waiting outside, Les Yeux Orange, Potentiel Hydrogène, Vertv, Untitled etc... Et il y a des nouveaux arrivants en résidence ou non, à la rentrée on va bosser avec Manaré et Piu-Piu, avec l'International Records, avec Micky de Voodoo Artist Booking et pas mal d'autres mais je laisse un peu de suspens ! Et on prépare surtout l'anniversaire des 2 ans du club qui se tiendra le samedi 29 octobre ! Je peux également dire qu'on a prévu d'ouvrir un nouvel espace à l'automne, accessible de jour, qui complétera en quelque sorte le Miniclub.

La Rotonde
6-8 place de la Bataille Stalingrad
75019 Paris
Infos

Derniers
articles
Boites de nuit

Les
pluslus

Lespluspartagés