Le lexique des genres musicaux : Nüdisco, Dreampop, Chiptune

Le lexique des genres musicaux : Nüdisco, Dreampop, Chiptune

By Marine Normand
13 Déc 2012

"Non mais c'est de l'Electronica de base, après il accèlere les BPM si il veut, ça ressemble pas plus à du Moombahton que Seth Troxler, hahaha". Hahaha. On rit bien avec les érudits de la musique électronique, mais c'est souvent à nos dépens. Si vous faites partie comme nous des gens qui n'aiment pas les étiquettes qu'

"Non mais c'est de l'Electronica de base, après il accèlere les BPM si il veut, ça ressemble pas plus à du Moombahton que Seth Troxler, hahaha". Hahaha. On rit bien avec les érudits de la musique électronique, mais c'est souvent à nos dépens. Si vous faites partie comme nous des gens qui n'aiment pas les étiquettes qu'on colle sur les artistes mais qui aimeraient quand même les capter quand les gens en parlent, cet article est écrit pour vous. Après le dico du Hipster, le lexique des genres musicaux.

Nüdisco : C'est de la nouvelle disco (il faut pas avoir fait Math Sup' pour comprendre que Nü = new). La Nü Disco dépoussière le genre musical culte des années 70-80 à pattes d'éphs pour le téléporter dans la modernité. Ne vous inquiétez-pas, toute l'esthétique du disco est préservée. Pour rien vous cacher, toutes les musique électroniques devraient être de la Nüdisco. Question de point de vue.

Les pratiquants : Todd Terje, Dimitri From Paris, d'une certaine manière Jupiter.

Trap : Un genre de musique qui rassemble le hip hop, de préférence en trash avec des paroles limites venant du Sud des Etats-Unis, mais aussi le crunk, la house et la dub. On garde le flow cher au rap, et on le pose sur un gros son électronique concentré sur les basses, qui tire aussi un peu sur les aigus et utilisant des boucles. Bref, c'est assez complexe, mais vous en avez surement entendu.

Les pratiquants : T.I , certaines tracks de Major Lazer , et une flopée de mecs trop indés pour être (encore) connus.

Moombahton : Encore un mélange. Et oui, une pincée de ci, une pincée de ça, et voilà un nouveau genre musical. Ici, on a pris de la house et on l'a saupoudrée de reggaeton. Le moombahton est donc un mix de musique électronique et de musique latine, se concentrant sur les grosses percussions qui partent de partout et qui donnent envie de bootyshaker comme jamais. Le Moombahton, c'est la touche tropicale dans des nuits électroniques.

Les pratiquants : Diplo ou encore Knife Party


Electroclash : Ce courant musical mélange l'électro avec le rock pour un résultat plus que percutant. Genre inventé à la fin des années 90, il revient souvent dans le langage des critiques musicales, qui ne sait pas comment interpréter ses jeunes furieux s'exprimant par l'électro au lieu de guitares électriques. Le rock est peut-être mort sous sa forme basique, mais il va revenir version électro.

Les pratiquants :Miss Kittin, The Hacker ou encore Sexy Sushi .

Dreampop : Une version électronique de la pop, qui semble cette fois-ci être enveloppée dans un joli coton flottant dans l'air, un beau nuage atmosphérique. La voix est trafiquée aussi pour donner l'impression de venir d'ailleurs. La dreampop, c'est un peu la musique des anges, réalisée grâce à de jolis synthés.

Les pratiquants : Grimes, Owlle, et dans une certaine optique, Björk ou Air


Electronica : On l'a un peu rangé dans ce lexique car il revenait souvent dans la description de la musique de nos artistes favoris sans que l'on comprenne vraiment quelles en étaient les références. L'electronica s'avère être une espèce de "fourre-tout" pour toute l'électro inclassable. Il qualifie tous les morceaux réalisés par des machines mais qui n'ont pas forcément vocation à faire danser, comme l'expérimental, mais avec un beat tout de même assez soutenu.

Les pratiquants : M83, Aphex Twin, ou encore Birdy Nam Nam

Chiptune : Après la Nüdisco, il faut avouer que les musiciens sont assez mauvais en orthographe. Chiptune, c'est en fait "cheap tune", et cela définit les mauvais sons retranscrits de manière électronique. Mais si, vous voyez, la fausse "basse" du synthé old-school, ou encore tous les sons rétros de jeux vidéos utilisés dans l'électro contemporaine. Tout ça, c'est du chiptune. Malin hein ?

Les pratiquants : Crystal Castles, Sexy Sushi (encore), Kap Bambino

Marine Normand

Derniers
articles
Chroniques

Les
pluslus

Lespluspartagés