Le dico du Hipster : mainstream, hashtag, slasheur

Le dico du Hipster : mainstream, hashtag, slasheur

By Marine Normand
07 Déc 2012

Ah le Hipster ! Il est jeune et barbu, il porte des slims et des chaussures pointues, il adore le design et le fooding et il écoute des trucs obscurs de préférence au Pitchfork Festival. Il hashtague, est parfois complètement jet-lagged ou border d'avoir raté le dernier concert d'Izia, même si cette dernière est un peu

Ah le Hipster ! Il est jeune et barbu, il porte des slims et des chaussures pointues, il adore le design et le fooding et il écoute des trucs obscurs de préférence au Pitchfork Festival. Il hashtague, est parfois complètement jet-lagged ou border d'avoir raté le dernier concert d'Izia, même si cette dernière est un peu trop mainstream. Vous n'avez rien compris? C'est normal. Le Hipster utilise un language matiné d'anglais que seuls ses congénères peuvent comprendre. A OnVillaNuit, on a eu envie de lui rendre hommage en créant son dico : le lexique du spécimen le plus en vogue du moment n'aura plus de secret pour personne !

Fooding : Le Hipster ne parle pas de cuisine ou de gastronomie mais de "fooding" qui désigne la nouvelle cuisine française avant-gardiste. Le terme, contraction de "food" et "feeling", a été inventé par Alexandre Cammas, chroniqueur historique de Nova Magazine. Être adepte du fooding signifie passer une bonne soirée tout en profitant d'un bon repas, et c'est aussi le nom d'un excellent site qui répertorie les bonnes adresses et crée des événements gourmands comme la Pompe à Bulles et les Délicatrucks sous la verrière des Beaux Arts de Paris le mois dernier.

Eye Contact : "Il va arrêter lui ? Ca fait 10 minutes que je le sens son Eye Contact là, c'est très embarrassant, il est venu avec sa copine en plus". Le Eye Contact, c'est cet art qui consiste à fixer la personne jusqu'à ce que > 1/Elle s'en aperçoive et 2/Qu'elle soit intéressée. La première étape arrive assez vite, on ne garantit pourtant pas sur facture la deuxième. Oui, il a des chances pour que vous passiez pour un pervers. C'est le jeu, que voulez-vous.

Smize : On a piqué l'idée à la top-model et animatrice américaine Tyra Banks, qui l'utilise à toutes les sauces. Le "Smize" fonctionne de paire avec votre "Eye Contact". C'est en effet la contraction de "Smile" et "Eyes" et désigne simplement le fait de sourire avec les yeux. Entrainez-vous un peu chez vous avant de commencer. Ça serait bête de ressembler à Jack Nicholson dans Shining.


Hashtag : "Je suis vraiment trop en bad. #salejournée". Le hashtag, signe typographique # suivi d'un mot clé exprimant le thème de la conversation, est le marqueur préféré des Hipsters. Alors qu'il était au départ réservé à Twitter et permettait d'éclaircir son propos, le hashtag est aujourd'hui très utilisé sur Facebook et dans les conversations sms. En l'utilisant on va pour ainsi dire droit au but.

Mainstream : Le B.A BA du hipster ? "Je connaissais avant que ce soit à la mode". Il suit donc ses artistes préférés, souvent confidentiels, jusqu'aux portes de la gloire. Dès que ces derniers sont plebiscités par la foule, le Hipster constate que leur musique passe du côté obscur de la force, le "mainstream". Comptez sur eux à partir de ce moment pour les traiter de vendus et trouver que "leur musique a changé, ils se sont bradés pour le succès".

Stalker : Ne faites pas genre. Tous les utilisateurs de Facebook le font. On vous met en situation. Il n'était vraiment pas mal Thomas, le pote de Xavier. Tellement pas mal que vous regardez 1, voire 10 fois par jour son profil, et vous "likez" tous les commentaires, aussi nuls soient-ils, sur les profils de vos amis communs. Vous scrutez les événements auxquels il se rend. Bref, s'il voyait toutes vos activités, il prendrait les mesures d'éloignement qui s'imposent pour que vous ne l'approchiez pas à moins de 500 mètres. Et oui, ce n'est pas bien de stalker (mais tout le monde le fait).

Border : "Ce mec est vraiment border, limite réac! " Pas le temps de prononcer les mots en entier quand on est Hipster. Etre "border" comprenez 'borderline' signifie être impulsif, du genre prêt à péter un câble à tout moment. Etre réac (réactionnaire) c'est être en constant désaccord avec ce qu'on entend.

Bomeur : "Non, c'est sur, il est très sympa, mais c'est un bomeur quoi". Le bomeur, c'est la contraction du bobo et du chomeur, une dénomination imaginée par Natanael Roas (@lebomeur sur Twitter). C'est l'ami qu'on a tous, ce jeune homme (ou femme) sémillant qui, dans entre deux contrats dans des jobs dans la com', l'art ou le marketing, passe la plupart de ses journées à jouer à la console dans son appartement au bord du Canal de l'Ourcq. Le bomeur, il ressemble pas mal à un hipster après l'arrêt de son CDD.

Slasheur : Il est photographe/mannequin/graphiste/éleveurs de bébés pandas ? Ne cherchez pas, il vit encore chez ses parents et peine à joindre les deux bouts. C'est un slasheur, un mec qui compile tous ces jobs sur sa carte de visite pour donner un peu de cachet. "Wahou, comment tu trouves le temps de gérer les bébés pandas pendant tes shootings photos ?". Le must pour un slasheur est d'utiliser le mot dans ses phrases : "J'ai un rendez-vous/date avec une cliente". On le sait cet exemple est border #stalker.


Un vocabulaire du Hipster bien entendu en perpétuel renouvellement...


Marine Normand et Mathilde Kichenama

Derniers
articles
Unexpected

Les
pluslus

Lespluspartagés