Juliette Armanet :

Juliette Armanet : "Mon mec, c'est mon piano"

By Anne-Lyse Renaut
29 Avr 2016

Juliette Armanet développe une pop aussi douce que mélancolique, un second degré joliment travaillé et une énergie terriblement envoûtante. Nous avons eu la chance de la rencontrer à l'occasion de la sortie de son nouvel EP intitulé "Cavalier seule". Portrait d'une étoile montante de la pop française.

À notre arrivée dans ce café du 9ème arrondissement, la chanson "Quelques mots d'amour " passe à la radio. Comme un fait exprès pour celle que l'on qualifie de "fille adoptive de Michel Berger", "d'héritière de Véronique Sanson ", ou encore de "nouvelle France Gall". Mais Juliette Armanet n'a rien à voir avec tous ces grands noms de la chanson française.

Cheveux longs parfaitement frangés, la chanteuse dégage une douceur particulière qui ne s'explique pas. Ou peut-être que si finalement... " Je suis marquée au fer rouge par la mélancolie, et en même temps, cela ne me rend pas triste. J'aime jouer de cette mélancolie et la rendre festive. " nous confie-t-elle.

À 32 ans, Juliette a déjà tout d'une grande. La maîtrise vocale bien sûr, mais aussi celle de "cette grosse bête noire" installée depuis sa plus tendre enfance dans son salon. "En fait, c'est plutôt le piano qui est venu à moi. Quand j'étais petite tout le monde jouait. Ma mère, mon père, mes frères, mes cousins, cousines... C'était extrêmement naturel de se mettre au piano dans ma famille". Être née avec un piano entre les mains est une chance, et avec des parents passionnés, c'est encore plus précieux. Son père et sa mère ne sont pas des musiciens professionnels mais tout simplement des passionnés de deux styles différents : la musique classique du côté de sa mère, et le jazz du côté de son père.

Ses premières chansons, Juliette les compose dès l'adolescence. "Mes premiers émois amoureux m'ont donné envie de me plaindre et de chanter ma plainte." Puis il y a eu khâgne, hypokhâgne. S'ensuivent quelques années de théâtre, et "un peu par hasard", la musicienne (alors cachée) se lance dans la réalisation de documentaires pour Arte.

Après le concours, on a tous réussi à faire nos albums dans de bonnes conditions

Sept ans à traiter de sujets de société. Mais derrière, une envie toujours présente de réaliser ce pour quoi elle est faite : la musique. "Je me suis dit qu'il fallait que je m'y colle !" lance-t-elle un sourire toujours au coin des lèvres."Puis il y a eu ce moment où les planètes se sont alignées naturellement".

Il y a deux ans, Juliette porte sa chanson "L'amour en solitaire" jusqu'en finale des Inrocks Lab aux côtés Feu! Chatterton, Radio Elvis ou encore Camp Claude. Une compétition qu'elle a vécue comme un véritable "tremplin". "Après le concours, on a tous réussi à faire nos albums dans de bonnes conditions".

Juliette Armanet :

"Cavalier seule" de Juliette Armanet.

Il n'y a pas d'autres instruments dans ma vie, mon mec, c'est mon piano.

À partir de ce moment, Juliette n'a plus du tout fait cavalier seul. Même si la chanteuse a toujours été liée à son plus fidèle compagnon. "Il n'y a pas d'autres instruments dans ma vie, mon mec, c'est mon piano". Sur sa route, elle croise sa nouvelle écurie : Barclay. "Désormais, je ne suis plus toute seule dans ma barquette". Ce qui était une passion devient alors son métier. Mais Juliette avait "envie de ça" alors tant mieux.

Kleenex et rigolade

Une balade musicale avec Juliette Armanet c'est quoi ? "Kleenex et rigolade" répond-t-elle spontanément. Mais détrompez-vous, la chanteuse sait aussi se prendre au sérieux.

J'essaye de faire des textes qui ont de la gueule

"Autour de ça, il y a toute cette recherche sur les textes qui me tient beaucoup à coeur. Je ne lâche rien, j'essaye de faire des textes qui ont de la gueule." Pour preuve, c'est elle qui a demandé à ce que les paroles de "Manque d'amour" soient inscrites en-dessous du clip. "Je tenais vraiment à ce que les gens puissent parcourir les paroles et puissent voir des trucs que l'on n'entend pas forcément à l'oreille." Pour comprendre la musique de Juliette Armanet, il faut aussi comprendre l'importance de l'écriture. Ainsi, son EP est lié à un livret où toutes les paroles sont écrites. On découvre alors que celle qui lit en ce moment Vladimir Nabokov ou encore Silva Plath, porte la même attention à l'écoute qu'au texte. On y lit "la liberté est mon animâle" et non animal, ou encore, "je ressens un manque d'amour tout autour dans moi" au lieu de moi...

Je n'ai pas peur de faire un truc qui ne me ressemble pas

En écriture comme en musique, Juliette ne "s'interdit rien". "Je n'ai pas peur de faire un truc qui ne me ressemble pas" souligne-t-elle. C'est exactement ce qui se passe avec ce nouvel EP beaucoup plus acoustique que son premier morceau " L'amour en solitaire" aux sonorités plus électros.

Et oui, Juliette sait surprendre. Et elle le fait très bien. Comme avec son nouveaux clip du titre "Manque d'amour" réalisé par Pablo Padovani de Moodoïd. "J'aimais bien ses clips que je trouve drôles, kitch et audacieux ". Pour mettre en images cette chanson, Pablo a proposé à Juliette de s'inspirer de l'île du plaisir des "12 travaux d'Astérix". "Ca m'a fait rire, puis j'ai dit ok, c'est génial !".

Pour moi, le public a autant le trac que l'artiste, parce qu'on a tous envie qu'il se passe quelque chose de bien.

Cette énergie et cette passion, Juliette la partage également sur scène. Loin d'être novice, c'est elle qui s'est occupée des premières parties de Julien Doré, Brigitte ou encore Juliette Gréco. "Quand tu es sur scène tu es dans le présent, ta chanson dépend de la façon dont elle est écoutée. Pour moi, le public a autant le trac que l'artiste, parce qu'on a tous envie qu'il se passe quelque chose de bien.".

Une expérience que la chanteuse vit à 100%. "Quand on sent qu'il y a une vraie rencontre, c'est hyper émouvant et très charnel, on se parle, on communique enfin." Une communication qu'elle établit souvent avec le vent.

Mais pourquoi faire faire le vent à son public Juliette ? "C'est un truc que Bobby Mcferrin avait fait lors d'un de ses concerts au théâtre du Châtelet. Il avait demandé à tout le monde de claquer des doigts et ça faisait la pluie, comme s'il pleuvait dans le théâtre, c'était très beau et puis j'aime bien faire participer le public, c'est marrant."

Si vous cherchez Juliette cet été, vous ne la trouverez pas. Elle sera "dans le pays montagneux et rocailleux de l'album". Un autre défi, "une montagne" qu'elle va gravir à cheval, et qui verra le jour d'ici janvier 2017. Pour nous faire patienter, la pianiste nous livre ce bel et premier EP, ce "premier galop d'essai peut-être maladroit mais fougueux".

Derniers
articles
Musique

Les
pluslus

Lespluspartagés