Jennifer Cardini : l'interview devinette

Jennifer Cardini : l'interview devinette

By Juliette Hautemulle
18 Mai 2015

On a demandé à un ami de Jennifer Cardini de nous trouver des sujets à aborder avec elle. Quatre thèmes qui ont facilement permis à la boss du label Correspondant de trouver le nom de notre complice...

La Villa Schweppes : Bonjour ! On a décidé de te proposer une interview un peu différente aujourd'hui. On a demandé à un de tes amis de nous aider à trouver des thèmes à aborder avec toi.

Jennifer Cardini : Il faut que je devine qui c'est ?

Oui, mais à la fin seulement. Chaque thème sera un indice de plus...

JC : C'est Agoria à tous les coups !

On verra... Premier sujet : "The Unexpected Power of Love". Il paraîtrait que l'amour est l'un de tes thèmes de prédilection.

JC : Non mais attend, qui a pensé à ça ? "The Unexpected Power Of Love" devait être le nom d'un album que je n'ai jamais terminé. Peu de gens l'ont écouté, à part Agoria, d'ailleurs. C'est un projet qui est en pause depuis très longtemps parce qu'entre temps j'ai monté le label, j'ai déménagé et fait beaucoup d'autres choses...

Un album qui pourrait finir par sortir ?

JC : Peut être... En tout cas le titre était joli, donc je pense que je vais le garder.

Ok, deuxième thème : "Adriano Celentano", un auteur-compositeur-interprète italien surnommé "il molleggiato" (lhomme monté sur ressorts), ou "l'urlatore" (l'homme qui hurle) mais qui a quand même vendu plus de cent cinquante millions de disques dans le monde.

JC : Là, les pistes sont brouillées pour moi... Certes, je connais Adriano Celentano vu que je suis d'origine italienne, mais Celentano c'est surtout le restaurant italien à Cologne où on va tout le temps manger. C'est un peu la cantine, l'endroit où se retrouve la communauté d'artistes à Cologne.

Très bien... Troisième thème et donc troisième indice : La cuisine et plus précisément "le pâté cornichon". C'est sérieux ça ?

JC : Ça y est je sais qui c'est ! Le pâté cornichon ça vient de Lille. Je jouais pour mes amis du NAME Festival et j'étais dans la cabine DJ et une "dame" est arrivée, s'est postée derrière le retour son de gauche et a commencé à me hurler dans les oreilles : "Elle est là, elle est là Cardini !". Impossible de me concentrer ! Et là, à un moment, je l'entend carrément crier : "Envoie le pâté cornichon Cardini". J'ai beaucoup rigolé sur le moment. Du coup, j'ai deviné qui t'a aidé, parce que c'est une blague qui est restée entre nous : c'est Tomas More.

Exact ! Il nous avait donné un dernier thème quand même : "Mixer pieds nus". Tu nous racontes l'anecdote derrière ?

JC : Oui, c'est quelque chose que j'aime bien faire pour plusieurs raisons. Déjà, ça me détend, ça me donne l'impression d'être à la maison et de mixer dans mon studio. Ensuite, je fais aussi ça quand le retour son est mauvais, ça m'aide à me concentrer et à mieux sentir la vibration des basses. Et puis, troisième raison, j'ai des problèmes de dos - plus maintenant parce que je fais pas mal de sport - et quand je sortais un peu plus habillée avec de vraies belles chaussures en cuir, je finissais toujours pas avoir mal au dos, surtout quand je jouais 4 ou 5h.
Mais bon, en général, quand je mixe pieds nus, c'est que la soirée est bonne !

Tu peux un peu nous parler de notre "taupe", du coup ?

JC : Tomas More est un garçon que j'aime beaucoup. J'aime beaucoup passer du temps avec lui, il est élégant, très cultivé, c'est un gentleman. Je n'ai pas encore écouté son projet December, mais j'aimais déjà beaucoup ses prods et ses sorties sous le nom de Tomas More et notamment ce qu'il a fait avec Get The Curse. Tomas est venu passer quelques temps à la maison à Cologne. On a commencé à faire des morceaux qu'on n'a pas eu le temps de terminer. D'ailleurs, ça serait bien qu'il revienne. Tomas, si tu me lis...

Derniers
articles
Musique

Les
pluslus

Lespluspartagés