New

Interview kebab : Sophie Rabreau, directrice associée de Sauce Blanche

Interview - Sophie Rabreau, directrice associée de Sauce Blanche

By Jennifer Durand-Raynal
25 Juin 2021

Oubliez les salles de concert classiques, c'est au kebab que ça se passe ! Ce nouveau concept à s'en lécher les doigts c'est Sauce Blanche qui l'a imaginé. Mathilde et Sophie nous mitonnent des soirées aux petits oignons en mettant en lumière les artistes et les chefs de demain à travers des concerts live et des sessions filmées. Miam !

Qui se cache derrière Sauce blanche ?

Sophie Rabreau : Sauce Blanche est né en 2018 d'une rencontre avec Mathilde, nous étions toutes les deux en master management culturel à ICART Paris et avions envie de nous lancer dans un projet sans trop savoir par où commencer. Notre réflexion de départ était d'apporter la culture là où on n'a pas l'habitude de la voir. C'est autour d'un verre, dans un bistrot en face d'un kebab, qu'on s'est dit 'pourquoi ne pas faire des concerts dans les kebabs' ! Ça nous a fait rire, sans se prendre au sérieux on s'est dit qu'on s'appellerait Sauce Blanche. Et puis ça revenait souvent et nous avons décidé de vraiment le faire.


Nous avons commencé par faire le tour des kebabs à Paris. Deux filles qui proposent d'organiser des concerts dans des kebabs, autant vous dire que les restaurateurs n'étaient pas très réceptifs, on s'est pris pas mal de portes ! Finalement, nous avons proposé à celui devant lequel nous avions eu l'idée de Sauce Blanche et le patron a accepté. Je pense qu'il a cru qu'on allait organiser un anniversaire, mais finalement il nous a fait confiance.
L'idée c'est de faire découvrir des artistes émergents le temps d'un soir, de proposer une programmation avec des artistes qui parfois n'ont jamais joué en concert et leur donner la chance via ce concept de pouvoir se produire, et surtout se placer comme prescripteur de talents en faisant découvrir des artistes.

Interview kebab : Sophie Rabreau, directrice associée de Sauce Blanche

Sauce Session avec Ichon et Loveni

Pourquoi avoir associé kebabs et concerts ?

On s'est dit qu'on n'a jamais vu ça ! Après la première soirée, nous avons réalisé que c'était un vrai tremplin pour les artistes, mais surtout que cela redynamisait une restauration qui était un peu laissée pour compte par les réseaux sociaux et qui vit grâce à une clientèle d'habitués, avec parfois une clientèle du soir qui vient après les concerts, mais jamais pendant. Pourquoi attendre à 2 h du matin pour manger un kebab alors qu'on peut y aller plus tôt tout en assistant à un concert ? A chaque fois qu'on a investi un restaurant, les retours des kebabiers ont été incroyables, ils sont super fiers de ce qui se passait dans leur restaurant. Il y a vraiment quelque chose de convivial qui se passe, tout le monde se mélange, le public peut parler à l'artiste, l'artiste peut parler au chef kebabier, le kebabier au public, c'est beaucoup plus chaleureux qu'une salle de concert classique. Après les kebabs, nous avons décliné le concept en lançant une sauce soja à La Cantine chinoise à Belleville puis une sauce curry dans un restaurant indien du passage Brady. Sauce Blanche c'est une sorte de salle de concert qui se balade de restaurant en restaurant pour mettre en avant des artistes.

Comment Sauce Blanche s'est-il adapté à la crise sanitaire ?

Nous avons complètement fait évoluer le concept de base en le digitalisant. Nous avons lancé des sauces sessions pendant lesquelles un artiste interprète un titre depuis une cuisine de restaurant pendant que le chef prépare une sauce qu'ils dégusteront tous les deux à la fin de la vidéo. Nous sommes passées de l'évènementiel à des vues youtube ! Les sauces sessions vont d'ailleurs probablement devenir pérennes et apporter un complément aux concerts pour que Sauce blanche s'inscrive vraiment comme un prescripteur de talents artistiques et culinaires.

Interview kebab : Sophie Rabreau, directrice associée de Sauce Blanche

Sauce Blanche à la Cantine Chinoise

Est-ce que Sauce Blanche a vocation un jour à sortir de Paris, à s'exporter ?

Complètement, c'est ce qui nous motive dans ce projet, on a envie de bouger partout dans le monde ! On a déjà fait notre première session hors de Paris dans le restaurant de Sarah Mainguy qui était candidate de top chef cette année à Nantes. Nous travaillons à un partenariat avec le Printemps de Bourges et à un projet avec les Niçois à Nice.

Et sinon vous vous êtes plutôt kebab boui-boui dans son jus ou néo-kebab ?

Dans son jus, mais le jus ça peut être à pile ou face ! Il faut faire attention quand même à la qualité de la viande, de toute façon, ça se voit tout de suite, quand on rentre dans le restaurant, si la sauce blanche est fraîche, si elle est faite maison. Déjà de l'extérieur, on regarde la broche, si elle ne tourne pas c'est pas bon signe, et la couleur si elle est blanche, c'est pas bon signe non plus. En général, si elle est faite maison, il doit y avoir des petits morceaux. Personnellement, je refuse qu'on mette des tomates dans mon kebab parce que je trouve que ça mouille le pain !

Interview kebab : Sophie Rabreau, directrice associée de Sauce Blanche

Dernière Sauce Blanche

Comment accueillez-vous ces nouveaux kebabs chics qu'on voit de plus en plus apparaitre un peu partout ?

Il y a un côté école de commerce qui peut me déplaire, et en même temps ils redynamisent aussi cette cuisine et cette culture. Mais question de culture, je préfère quelque chose qui est dans son jus. Dans les nouveaux Kebab j'aime beaucoup Grillé qui propose pour le coup une vraie différenciation par rapport au kebab classique, la galette, la sauce, va être beaucoup plus travaillée, et un nouveau à Belleville que j'ai vraiment envie de tester Basis, on m'en a dit que du bien.

Retrouvez ici notre enquête du mois sur le phénomène du kebab !

Derniers
articles
Unexpected

Les
pluslus

Lespluspartagés