Interview découverte : Duke et Gonzo de Dure Vie

By Juliette Hautemulle
09 Fév 2016

Interview découverte : Duke et Gonzo de Dure Vie @Jacob Khrist

Interview découverte : Duke et Gonzo de Dure Vie

Duke et Gonzo de Dure Vie

Interview découverte : Duke et Gonzo de Dure Vie @Jacob Khrist

Interview découverte : Duke et Gonzo de Dure Vie

Interview découverte Dure Vie

Duke et Gonzo ont crée le webzine/collectif Dure Vie en décembre 2012. trois ans plus tard, ils organisent des soirées un peu partout dans Paris et ont repris la DA du Panic, au point de laisser de côté leur boulot pour s'occuper à 100% de leur projet. Rencontre avec deux passionnés de musique et de fêtes.

La Villa Schweppes : Bonjour ! Dure Vie fête bientôt ses 3 ans. Ça tombe bien, notre première question est : Donnez-nous 3 mots pour décrire Dure Vie.

Dure Vie Crew : Travail + Fête = Bonheur

Vous avez commencé en montant d'abord un blog d'abord en France puis, depuis fin novembre, à Londres. Pourquoi vous délocaliser et pourquoi pas à Berlin, par exemple ?

DV : On a eu l'opportunité de lancer notre blog à Londres grâce à l'une de nos rédactrices, Lena, qui est partie étudier dans la capitale anglaise. L'idée est donc née sur place et de manière complètement hasardeuse. On voulait toucher un public international et l'anglais le permet... beaucoup plus que l'allemand.

En janvier, vous fêtez donc votre anniversaire. Quel restera le ou les meilleurs moments de ces 3 années ?

DV : Nos projets nous passionnent et on s'épanouit énormément dans notre travail. Mais si on devait citer des moments clés, ce serait surement notre première date au Panic Room en octobre 2013, notre première soirée en club, au Malibv, avec Ark et Pit Spector, ou encore le jour où on a appris qu'on avait été choisis pour mener la programmation du Panic Room, notre événement à LaPlage de Glazart l'été dernier, le premier épisode de nos 3 ans en janvier dernier avec Jus-Ed all night long... On doit en oublier beaucoup et puis on pense vraiment que le meilleur est à venir !

Interview découverte : Duke et Gonzo de Dure Vie

Jus-Ed lors des 3 ans de Dure Vie au Djoon le 8 janvier 2016

Quelle est la meilleure fête que vous ayez organisée de tous les temps ?

DV : Chaque fête est différente et on les apprécie toujours pour des raisons différentes : l'ambiance, la musique, la clientèle, la présence de nos amis... On voit aussi toujours beaucoup de positif dans les galères qu'on a pu rencontrer, une volonté de toujours faire mieux. On peut quand même dire que les meilleures fêtes seront les prochaines : le 18 février au Badaboum et le 26 mars à La Machine du Moulin Rouge.

Vous fêtez vos 3 ans entre Le Djoon, Le Badaboum et La Machine du Moulin Rouge. 3 dates sur 3 mois et dans 3 clubs. Mais pourquoi eux, en fait ?

DV : Le choix de ces trois clubs est évidemment réfléchi et s'est fait naturellement. On est très attachés au club du Djoon parce que c'est clairement le club "House et Soulful" le plus mythique de Paris et que cette ligne artistique est l'une de celles de Dure Vie.
Les patrons du Badaboum sont également ceux du Panic Room, le bar dont on gère la direction artistique. On fait donc partie intégrante de leur équipe au sens large et c'est probablement le club où on est le plus sortis ces deux dernières année ! L'ambiance y est folle, la programmation est parfaitement menée par le programmateur Martin Munier et on s'y sent très bien. Du coup, c'était indispensable pour nous d'y fêter nos trois ans !
L'idée de base de nos 3 ans était d'organiser 3 fêtes dans 3 lieux dont la capacité augmenterait crescendo. On avait La Machine du Moulin Rouge en ligne de mire parce qu'on y a fait la fête ensemble lorsqu'on était plus jeunes. On garde là-bas des souvenirs mémorables... Si à 17 ans (oui oui...) on pensait organiser notre propre événement à La Machine, je pense qu'on y aurait jamais cru !

Au Panic Room sont passés des grands artistes tels que Phil Weeks, San Proper, Hold Youth, Ark et Mesomenos

Revenons sur votre rôle de Directeurs Artistique du Panic Room. Quel est votre mission là-bas ? En quoi c'est le bar/ club le plus cool de Paris, selon vous ?

DV : Notre mission de départ était de proposer une programmation pointue et cohérente avec ce qu'était déjà le lieu : un bar/ club tremplin de la scène naissante parisienne. On échange beaucoup avec l'équipe du bar avec qui on est devenus amis. On décide ensemble des nouveaux cocktails, de la déco et de toutes les améliorations que l'on peut apporter au quotidien.
On ne sait pas si c'est le bar/ club le plus cool de Paris mais, en tout cas, on trouve que c'est un lieu complet et assez mythique de la capitale pour beaucoup (il existe depuis 8 ans). Du mardi au samedi inclus, on peut y danser sur de la bonne musique électronique, être étonnés de voir que les oeuvres d'art sur les murs changent au gré des saisons, y manger de bonnes planches de charcuteries et de fromages, le tout en buvant un cocktail création ou un alcool supérieur. Bien sûr, ce qui a fait aussi la réputation du lieu c'est la Lightbox, le dancefloor à l'étage du bas avec le DJ booth et la structure LED faite sur-mesure et épousant parfaitement la cave voûtée en pierre brut. Et puis c'est toujours cool de venir dans un lieu qui a vu passer des grands artistes tels que Phil Weeks, San Proper, Hold Youth, Ark et Mesomenos, un lieu et où a été tournée une Boiler Room avec Point G (en live), D'Julz, Lazare Hoche et Molly.

Interview découverte : Duke et Gonzo de Dure Vie

La Lightbox du Panic Room à Paris

Interview découverte : Duke et Gonzo de Dure Vie

Le Panic Room à Paris

C'est qui votre team (les artistes/ collectifs) dont vous vous sentez proches ?

DV : Depuis 3 ans, on tisse des liens plus ou moins étroits avec énormément de labels, collectifs, artistes, médias, clubs et organisateurs d'événements... La scène électronique parisienne regorge de personnalités en or passionnées par ce qu'elles entreprennent. On échange notamment beaucoup avec les membres d'autres collectifs et blogs similaires à Dure Vie qui se sont lancés à peu près en même temps que nous. On pense notamment à Phonographe Corp, La Pause, Beat À l'Air, Sous La Jupe concernant les webzines, mais aussi à La Mamie's, D.KO et Dansons Paris pour les collectifs... Nos quatre DJs résidents nous ont permis de nous rapprocher de personnes tels que les gars de Payground, les filles de RA+RE, ou encore Paul Poggio, le binôme de notre DJ Baastel sous le nom de Brazda Bears.
En ce qui concernes les artistes à proprement dit, on est régulièrement en contact avec Phil Weeks, Joss Moog, Jus-Ed, Ark, Antoine Siler de Popcorn, Nick V...

Ces gens, vous comptez vous associer avec eux sur de futurs projets ?

DV : On est très ouverts à cette idée, on sent qu'on peut construire de belles choses avec d'autres structures. Il n'y a aucun doute, ça arrivera bien assez tôt...

On rêve d'organiser un festival sur l'Île des Impressionnistes à Chatou, notre ville d'origine située dans les Yvelines.

Dans vos rêves les plus fous, à quoi ressemblerait votre soirée idéale ?

DV : Depuis nos débuts, l'un de nos rêves est d'organiser un festival sur l'Île des Impressionnistes à Chatou, notre ville d'origine située dans les Yvelines. C'est un grand espace vert encerclé par la Seine et dans lequel on avait l'habitude de traîner avec nos amis l'été, pour boire des coups. Le lieu est propice à la fête et à des animations diverses. On pourrait facilement imaginer un line up solide que et diviser tout ça en plusieurs scènes thématiques. Qui sait ? Un jour ça pourra peut être arriver !

Donnez-nous un track qui a "la vie dure".

DV : Voilà un track découvert en 2013 quand on était tous les deux à Concrete et passée par son auteur Andrés. Ce dernier l'avait mise avec un bpm plus élevé et ça nous a clairement marqués à vie.

Et enfin un morceau de pour bien "Panic- er" (paniquer).

DV : Une pépite de Lazare Hoche et Malin Génie sortie sur Lazare Hoche Records.

Quoi de prévu pour la suite ? Un label ? Un festival ? Autre ?

DV : Notre projet commun (Dure Vie, Hard Life, Panic Room...) ne représente que très peu de temps dans nos emplois du temps. On est aussi très concentrés sur nos activités professionnelles respectives.
On a beaucoup d'idées qu'on souhaite et qu'on va développer dès qu'on aura plus de temps, à partir de septembre 2016, moment où on travaillera 100% ensemble. On ne vous en dit pas plus pour garder l'effet de surprise !

Et pour finir, La Dure Vie, c'est...

DV : ... la vie.

Le site internet de Dure Vie
L'événement Facebook de la prochaine soirée Dure Vie au Badaboum
L'événement Facebook de la prochaine soirée Dure Vie à La Machine du Moulin Rouge

Derniers
articles
Musique

Les
pluslus

Lespluspartagés