Skip to content

Iñigo Montoya : le clip très graphique de “Joie”

Un peu de “Joie” pour commencer la semaine ? On dit oui : celle proposée par Iñigo Montoya est conjuguée à la liberté, la preuve avec ce nouveau clip.

Vous n’avez pas dormi depuis environ 96 heures parce que vous êtes à Cannes et qu’en gâcher la moindre seconde serait ingrat ? Vous êtes coincés à Paris et la simple idée de devoir commencer la semaine en esquivant les tweets de festivaliers omniprésents et réjouis vous font vous demander pourquoi vous n’avez pas posé vos RTTs ? On a ce qu’il vous faut.

Commençons, si vous le voulez bien, la semaine avec Iñigo Montoya . Ces ex-membres de Mungo Park, rejoints par le décicément très présent Louis Delorme, batteur d’Izia et Blind Digital Citizen et le producteur Adrien Pallot (Moodoïd, Grand Blanc) lanceront leur premier EP la semaine prochaine. Disons le d’entrée de jeu : il est bien.

La valeur de l’inventivité

D’abord, il renouvelle l’offre électro-pop usée jusqu’à la corde à travers une liberté digne de la scène “prog” qui a émergé l’an passé. On trouve des structures alambiquées sans être hésitantes, des empreints aux esthétiques “world” ou, bien plus audacieux, l’usage de textures oubliées et reniées par tous, comme le synthé trance odieusement finaud qui orne le morceau dont on vous livre aujourd’hui le clip.

Contrairement à d’autres concurrents ou confrères, Iñigo Montoya semble plein d’assurance dans sa façon de scander un grand bordel de textes psychés enfumés. C’est aussi, en soi, est un vrai bon point. Les images soignées de la video que nous vous présentons aujourd’hui viendront parachever la bonne impression que nous font ces enfants de la sphère Third Side-Entreprise. Voyez plutôt.

Précommandable sur Itunes (avec un titre offert) ici.