Il est temps de lever le voile sur le mystère Kompromat

Il est temps de lever le voile sur le mystère Kompromat

By Charlotte Bernard
29 Avr 2019

Voilà une vraie nouveauté dans le paysage de la scène électro : Vitalic et Rebeka Warrior forment désormais un duo qu'ils ont appelé Kompromat. Ils sortent également un nouvel album. Pourquoi ? Comment ? Ils nous ont tout raconté depuis le début.

C'est dans le quartier de Belleville que nous avons retrouvé Pascal Arbez-Nicolas et Julia Lanoë autour d'un jus d'orange. Derrière ces noms, se cachent en fait Vitalic et Rebeka Warrior, deux artistes qui ont accepté de nous parler de leur nouveau projet commun : Kompromat.

Après leur collaboration en 2012 sur "La Mort sur le Dancefloor", il semblait évident que Pascal et Julia voulaient réitérer. Ils se sont retrouvés pour travailler sur un EP et la suite s'est enchaînée de manière naturelle : "Au bout de 10 morceaux, on s'est dit qu'il valait mieux faire carrément un album. Et encore, il a fallu s'arrêter ! Sinon, on aurait fait un double album", nous dit Rebeka Warrior en plaisantant.

Tout ce projet s'est déroulé de manière spontanée. Pour la création de la musique comme pour le choix du nom : "Kompromat" un mot russe qui signifie "dossier compromettant" et qui sonne plutôt bien. La musique de Kompromat ne ressemble en rien à l'oeuvre des deux artistes qui composent ce duo, et s'éloigne radicalement de leur précédente collaboration à la structure très pop. Cette fois-ci, place à l'introspection.

"La Mort sur le Dancefloor" s'écrivait dans mon concept Vitalic. Là, on a repris tout à zéro.

Vitalic

Pas question de faire un simple "Vitalic feat. Sexy Sushi". Si les deux artistes utilisent leur propre vocabulaire, ils l'adaptent afin de pouvoir mieux s'adresser l'un à l'autre. Et pour parvenir à cette parfaite symbiose, il a fallu du temps et beaucoup d'échanges : "On a échangé des brouillons et elle les a transformés", explique Vitalic.

Il est temps de lever le voile sur le mystère Kompromat

Vitalic et Rebecca Warrior

C'est en pratiquant ce ping-pong artistique que les deux musiciens sont parvenus à créer quelque-chose de nouveau. Avec Kompromat, leur intention était de faire quelque-chose de différent. Un album qui fait la part belle au synthétiseur et renvoie directement à la musique dansante du début des années 80, mais également au post-punk et à la naissance de l'électro.

D'où viennent ces influences ? C'est tout simplement le langage commun à Vitalic et Rebeka Warrior. C'est aussi une réaction à ce qu'on entend en ce moment partout. Une manière d'aller à contresens, de se détacher des projets qui sont taillés pour la radio et la pop : "On avait envie de raconter des histoires qui étaient plus personnelles, sans avoir de plan marketing très défini forcément", nous a confié Vitalic.

L'album de Kompromat n'est pas un voyage comme celui de Thylacine. C'est autre chose, un disque de musique électronique qui a un pied dans le rock. Vitalic le décrit comme "un album instinctif, pas surproduit". Avec le coeur et sans prétention, Kompromat livre un album qui raconte l'humain.

On ne prétend pas révolutionner le monde de la musique.

Rebeka Warrior

Le duo décrit l'album comme un objet sincère qui appelle au concert. Une danse froide et parfois brutale, qui n'hésite pas à mêler la pop rétro à des sonorités plus underground. La première date de Kompromat était au Péripate. Un lieu tout en béton, brut et dur, rempli d'un public bienveillant, heureux d'y découvrir la collaboration des deux artistes.

Il y a eu des erreurs de notre part, mais c'était un bordel organisé ce soir-là.

Vitalic

En attendant de voir évoluer Kompromat dans la faune de la scène française - et pourquoi pas internationale - voici le premier morceau de leur nouvel album :

Derniers
articles
Musique

Les
pluslus

Lespluspartagés