New

Gystère : 5 références culturelles qui l'ont inspiré

Gystère : 5 références culturelles qui l'ont inspiré

By Brice Reiter
26 Avr 2021

Gystère nous présente ses influences, aussi pointues et étonnantes que sa musique elle-même. Tour d'horizon du monde culturel qui a construit l'univers de ce génie touche-à-tout !

X-Or

La série de Toshiaki Kobayashi & Hattori Kazuyasu (1982)

Gystère : "X-Or était mon voyage du matin quand j'étais enfant, le rétro-futurisme dans toute sa splendeur. Ma base d'inspiration, et physiquement, je pouvais vraiment m'identifier au héros !"

Original Flavor

L'album "Beyond Flavor" (1992)

Gystère : "Cet album était vraiment la New School (pour l'époque) ! J'ai vraiment saigné "Beyond Flavor", le flow, les instrus, tout était super millimétré et dynamique. Les débuts du producteur Ski Beatz entre autres, des morceaux méchants, des morceaux de Lover, des samples qui font rêver - de Roy Ayers entre autres..."

Michael Jackson's Moonwalker

Film de Colin Chilvers, Jerry Kramer, Jim Blashfield (1988)

Gystère : "Ce film (avec X-Or et Ken Le Survivant) est ce qui m'a le plus inspiré en terme de science fiction. On l'a vu au cinéma avec ma mère et mes frères. La séquence du Medley qui consacre la carrière de MJ est une des séquences les plus inspirantes que je n'avais jamais vue, il y a aussi le clip de Leave Me Alone... Gros classique !"

Arrested Development

L'album "3 Years, 5 Months and 2 Days in the Life of" (1992)

Gystère : "Arrested Development, c'était vraiment la famille, de la super musique avec des messages anti sexistes antiracistes, j'avais 12 ans, ma casquette Malcolm X mes colliers panafricains du marché aux puces et j'avais l'impression de partir en voyage avec un groupe dans lequel il y aurait mes grandes cousines du Brésil. Les thèmes abordés, l'authenticité et créativité en famille dans une Amérique raciste étaient inspirantes. De l'intro du disque aux visuels. Arrested Development ont été une vocation clé pour moi dans la musique."

Gilberto Gil

L'album "Realce" (1979)

Gystère : "Ce disque a toujours tourné chez nous, ma mère l'a ramené du bled c'est ma Bible, la production, la folie, les progressions harmoniques, la rythmique, le crossover panafricain, Gilberto Gil est de chez moi : Bahia. Je rêve de le rencontrer. "Tradiçao", "Realce", "Superhomem", "Logunede" : gros voyage, grosse grosse madeleine de Proust. A très bientôt j'espère Tonton Gil !"


Retrouvez notre rencontre avec Gystère avec son interview pour Villa Schweppes.

Derniers
articles
Musique

Les
pluslus

Lespluspartagés