GOOSE : "On a toujours rêvé de jouer ici, à Calvi !"

By Pierre Champleboux
17 Juil 2019

GOOSE : @Alban Gendrot

GOOSE : "On a toujours rêvé de jouer ici, à Calvi !"

Le groupe Goose au pied de la Citadelle de Calvi

GOOSE : @Alban Gendrot

GOOSE : "On a toujours rêvé de jouer ici, à Calvi !"

Goose à Calvi on the Rocks 2019 - Photo 01

GOOSE : @Alban Gendrot

GOOSE : "On a toujours rêvé de jouer ici, à Calvi !"

Goose à Calvi on the Rocks 2019 - Photo 02

Avec presque 20 ans de carrière derrière eux, les membres du groupe d'electro-rock belge GOOSE auraient de quoi prendre la grosse tête. Pourtant, c'est une bande de copains à l'humilité rare qu'on a rencontré à Calvi on the Rocks. On a discuté avec ce quatuor qui s'est connu au lycée et ne s'est plus jamais quitté.

En l'an 2000, Mickael, Dave, Tom et Bert décident de former un groupe d'électro-rock qu'ils appellent GOOSE. Quatre albums et 19 ans de scène plus tard, les quatre amis ont conservé la fraîcheur de leurs débuts et gardent la tête froide. C'est à Calvi on the Rocks, un festival où ils rêvaient de jouer depuis des années, qu'on les a rencontrés.

Villa Schweppes : L'année prochaine, GOOSE fêtera ses 20 ans. Vous avez prévu quelque chose pour fêter ça ?

GOOSE : On va sûrement aller boire un verre.

Pas d'album de prévu ? Des concerts peut-être ?

GOOSE : Non. On va probablement se retrouver en petit comité, prendre un moment, et se dire "c'est quand même pas mal, tout ce qu'on a fait". Mais faire un gros évènement autour de cet anniversaire, ce serait bizarre. On n'a pas l'impression qu'on a un grand truc a fêter. On veut rester frais, et garder un esprit de débutants.

20 ans de carrière, ce n'est quand même pas rien ! C'est rare les groupes comme le votre, où les membres sont restés les mêmes depuis le début.

GOOSE : C'est vrai. Allez, on va le faire, et on pensera à vous ! (rires)

On veut rester frais, et garder un esprit de débutants.

GOOSE

Revenons sur vos débuts. Vos premières scènes, c'était comment ?

GOOSE : On est belges, mais on a surtout débuté en Angleterre. Les conditions là-bas étaient vraiment très dures, il fallait tout faire nous mêmes. Qu'on fasse une petite ou une grande scène, c'était à nous de tout superviser. Ça nous a appris la débrouille et ça nous a encore plus rapproché les uns des autres. Après ça, on relativisait beaucoup. Quand on est revenus en Belgique, et qu'on s'est retrouvés à jouer devant 15.000 personnes dans un festival, c'était impressionnant... mais l'Angleterre nous avait préparé à tout.

Lire la vidéo

Comment ça se fait que vous ayez fait vos débuts en Angleterre, et pas en Belgique ?

GOOSE : On vient d'une petite ville qui s'appelle Courtrai. Là-bas, il n'y a pas de club. En fait, quand on a décidé de créer un groupe, c'était avant tout pour faire danser nos amis... mais c'était également un prétexte pour fuir Courtrai, et aller jouer dans des clubs, ailleurs. Alors, quand on nous a proposé de venir jouer en Angleterre, on a sauté sur l'occasion.

Et aujourd'hui, y'a-t-il un endroit où vous n'avez pas encore joué et où vous rêvez d'aller ?

GOOSE : Ici, à Calvi !

Vous dites ça pour nous faire plaisir.

GOOSE : Non, vraiment ! Notre premier album est sorti à la période où Calvi on the Rocks a commencé. Chaque été, on regardait la programmation, et on se disait "c'est vraiment un truc qu'on doit faire". Les line-up sont toujours très bien, très alternatifs, et puis l'endroit est magnifique. On est très contents de pouvoir enfin y être !

GOOSE :

Goose sur la scène Villa Schweppes, à Calvi on the Rocks.

Récemment, beaucoup d'artistes belges ont explosé, comme Angèle, Romeo Elvis, ou encore Damso. À votre avis, quelle sera la prochaine claque musicale venue de Belgique ?

GOOSE : Charlotte Adigéry ! Elle a beaucoup de talent et elle est vraiment cinglée, mais dans le bon sens du terme. Sa musique dégage un esprit punk, quelque chose de nerveux et cool à la fois. On adore son attitude, et on est très admiratifs de ce qu'elle fait.

Lire la vidéo

Il y a quelqu'un avec qui vous aimeriez collaborer ?

GOOSE : On a collaboré avec quelqu'un qui nous a quitté récemment. C'était Philippe Zdar. Quand on travaillait sur notre troisième album, on s'est vus beaucoup chez lui, dans son studio. On devait mixer Control Control Control ensemble. Et puis, deux semaines avant qu'on commence l'enregistrement, il nous a appelé : "les gars, je suis vraiment désolé, mais on a parlé avec Boom Bass, et on a décidé de recommencer Cassius. Je ne prends plus d'autres projets, je ne vais pas pouvoir continuer avec vous". C'est quelqu'un qui nous a toujours inspiré. Sa musique et sa façon d'être nous ont profondément touchés. Ça reste totalement absurde, l'idée qu'il ne soit plus là.

GOOSE sur YouTube
La page Facebook de GOOSE
Le site officiel

Derniers
articles
Musique

Les
pluslus

Lespluspartagés