Fyre Festival : l'escroquerie continue

Fyre Festival : l'escroquerie continue

By Charlotte Bernard
01 Avr 2019

Nouvelle info dans la série Fyre Festival. Les organisateurs envisagent de payer la dette d'une façon... surprenante ! Et, indice, ce n'est pas avec de l'argent.

C'est quoi votre type de festival, vous ? Vous êtes plutôt festival perdu au fin fond de la France, festival parisien ultra-branché ou festival en bord de mer ? En tout cas, on se doute que personne ne répondra "festival sur une île déserte qui n'aura finalement jamais lieu". Bingo, vous avez trouvé, la news la plus insolite du jour concerne évidemment le Fyre Festival...

Fyre Festival : voici toute l'histoire

Pour ceux qui auraient raté un épisode, le Fyre Festival est la plus grande arnaque de l'histoire des festivals. En avril 2017, le Fyre Festival promettait d'être le festival de l'année car organisé sur une île déserte paradisiaque dans les Bahamas avec, bien évidemment, une programmation de dingue... Des milliers de personnes ont donc acheté leur billet (à 11 000 euros pour certains !) pour se rendre à la date fatidique sur les lieux. Sauf que... une fois arrivés sur place, les festivaliers n'ont rien trouvé d'autre qu'un terrain vague, des tentes à moitié montées et rien pour se restaurer... Le festival avait été annulé le jour même de son ouverte et ce fut un cauchemar pour tous les participants qui peinaient à quitter l'île pour rentrer chez eux.

S'en sont alors suivis procès, réclamations, plaintes etc. Aujourd'hui, Billy McFarland, à la tête de cette escroquerie, est en prison, mais il doit rembourser ses dettes.

Des dettes payables... grâce aux goodies ?!

Selon le magazine Vulture, les organisateurs pourraient rendre les 26 millions de dollars qu'ils doivent aux investisseurs et festivaliers grâce... aux goodies du festival ! T-shirts, bracelets, chapeaux, pulls... Voici les fameux goodies qui pourraient être mis en vente prochainement. Une proposition jugée sérieuse par les huissiers de justice de Manhattan qui sont persuadés que l'argent récolté grâce à la revente du merchandising suffirait à couvrir la dette. Encore faut-il qu'il y ait de potentiels acheteurs...

Derniers
articles
Unexpected

Les
pluslus

Lespluspartagés