Digitick vient d'enterrer le concept de prévente

By Charles Crost
26 Mai 2014

Digitick vient d'enterrer le concept de prévente @Fotolia, pashabo

Digitick vient d'enterrer le concept de prévente

La mort du ticket

Digitick vient d'enterrer le concept de prévente @Digitick

Digitick vient d'enterrer le concept de prévente

Digitick

Digitick, le leader de la billetterie en ligne en France, vient d'augmenter de 200% ses "frais de gestion", passant de 50 centimes à 1€45.
Quel est l'intérêt pour vous, le spectateur, de prendre une prévente ? D'abord d'être sûr de pouvoir rentrer dans la salle de concert ou le club. Ensuite, et surtout, de bénéficier d'un tarif préférentiel accordé par l'organisateur de manière à vous faire arrêter votre choix de sortie avant le jour j: si vous avez pris une prévente, vous ne pouvez pas la gacher en restant sur votre canapé le soir venu. Vous me suivez ?

Digitick, le leader français de la billetterie en ligne, était déjà connu pour prendre des commissions relativement astronomiques qui rendaient déjà le tarif préférentiel de la prévente nettement moins intéressant, vient aujourd'hui de mettre un terme à l'achat logique de prévente. Dorénavant, avec Digitick, vous payerez généralement plus cher votre prévente qu'une place en direct à l'entrée. Alors que l'organisateur touchera moins. C'est le monde à l'envers.

Prenons par exemple le live passionnant organisé ce mercredi par DDD à la Java : Dam Mantle partagera la scène avec le musicien expérimental Etienne Bultingaire pour une séance d'improvisation électronique qui risque d'en réjouir plus d'un. Le tarif sur place est de 5€, ce qui est très accessible. En prévente, avec la commission digitick, la place passe déjà à 6,80€. Avec cette nouvelle mise à jour de son reglement, Digitick facturera finalement 8€25.

La force de Digitick est sa capacité à être une référence pour ceux qui utilisent les billetteries en ligne. Du coup, il y a souvent une double billetterie : une officielle (par exemple, par rapport à ce concert à Java, la vente sur place) et une promotionnelle (Digitick). Ainsi, dorénavant, pour éviter d'être surtaxé, checkez systématiquement les évenements Facebook. A moins que l' "attending" ne soit dangereusement élevé par rapport à la capacité de la salle, vérifier le tarif le plus intéressant avant de foncer dépenser votre argent.

Qui plus est, ayez à l'esprit que ces surtaxes ne profitent pas aux organisateurs : ils touchent en général une part bien plus intéressante du prix de votre billet lors d'un achat sur place. Après un rapide benchmark, la billetterie qui semble la moins gourmande actuellement, c'est... YesGoLive, une filliale de Digitick. Leur strategie se resume donc à ça: faire payer plus cher ceux qui cherchent moins. Favoriser le following immediat des promoteurs -informés par Facebook- en penalisant des gens qui pourraient être séduit par une fête au hasard d'une recherche Digitick. Pour aller plus loin, dissuader les non initiés de ce rendre à ces manifestations culturelles à travers un surcoût qui, du coup, est très arbitraire. N'hésitez pas à aller faire un tour du côté de leur site, vos événements favoris y seront peut être, en doublon de Digitick. Si vous avez d'autres bons plans, n'hésitez pas à les partager dans les commentaires. Et n'oubliez pas : rendez vous Mercredi à la Java pour 20h. Ne vous en faites pas pour les préventes, on prendra nos tickets sur place.

Derniers
articles
Actus musique

Les
pluslus

Lespluspartagés