10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité

By Charles Crost
07 Mar 2014

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité @Abaca

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité

Beyonce à Londres en 2013

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité @Abaca

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité

Madonna à Rome en 2006

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité @Abaca

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité

Miley Cyrus à Las Vegas en 2013

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité @Abaca

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité

Missy Elliot en 2004

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité @Abaca

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité

Debbie Harry à Moscou en 2013

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité @Abaca

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité

Lady Gaga en 2013 à Londres

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité @Abaca

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité

Gwen Stefani à Los Angeles en 2007

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité @Abaca

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité

Britney Spears à Cleveland en 2011

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité @

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité

Courtney Love en 2007 à Londres

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité @Abaca

10 femmes qui ont marqué la Pop Culture pour l'éternité

Annie Lennox à Londres en 2009

A l'occasion de la journée de la Femme le 8 Mars, retour sur les 10 femmes qui ont transcendé la musique populaire !

Debbie Harry, sex symbol absolu des 70's

Depuis l'époque de son girls band The Stilettos, Debbie Harry est bien consciente de l'effet qu'elle fait à la gent masculine. En montant Blondie avec son petit ami Chris Stein, elle enchaine dès leurs débuts les provocations, envoyant comme premier single aux radios un morceau du nom de "Sex Offender", qui finira sous la pression par s'appeler "X-Offender". Plus qu'un simple "sex-symbol", elle sera aussi au coeur d'une new wave discoïde en pleine gestation. Ses performances malmènent, encore aujourd'hui, le coeur des popeux du monde entier.

Miley Cyrus, l'explosion de 2013

Passée d'icône Disney à symbole d'une libération sexuelle ambivalente, Miley Cyrus a marqué les esprits. Telle Mick Jagger dans sa grande époque, elle est désignée par les parents français comme l'icône qui a la pire influence sur leurs enfants, selon un sondage Ipsos. Aussi adulée que détestée par la masse, elle est sans aucun doute possible la figure pop de 2013 et est là pour durer.

Beyoncé, une reine incontestée

Beyoncé n'est pas une icône pop : elle en est, au moins, la reine. Vénérée par tout le gratin de l'overstream, elle fascine les indies exigeants comme vos petites soeurs par sa position dominante sur la musique actuelle. A tel point qu'elle en devient la caution populaire de nombreux artistes plutôt pointus, comme Breton ou The XX qu'elle fascine. Ses shows soient décryptés dans les moindres détails, et est adorée aux quatre coins du monde connu. La femme universelle

Britney Spears, le choc d'une génération

Il semble y avoir deux schémas pour devenir une idole pop : la première est de se maintenir à son meilleur niveau tout au long de sa carrière, la seconde est de traumatiser définitivement ses fans. Alors que "Toxic" venait de la mener, encore, au sommet des charts, Brit Brit décide de pêter un câble, se rasant le crâne, jouant avec le feu en désintox, et faisant par là même passer à l'âge adulte toute une génération. De quoi marquer à vie un(e) groupie.

Courtney Love : la pop aux cheveux sales

On résume trop souvent Courtney Love à sa simple relation avec le monstre Kurt Cobain. Pourtant, à travers son groupe Hole, elle a marqué au fer rouge toute une génération de riot girls et a prouvé que les femmes peuvent être aussi méchantes avec une guitare que les hommes. Elle nous doit l'horrible Avril Lavigne dont elle a naturellement été une inspiration, mais on est forcés de saluer son statut d'icône pop déglinguée.

Madonna, divinité absolue

Dans le Panthéon du Panthéon, Madonna, si elle a un petit peu de mal à accepter son âge, est au même rang que Beyoncé. Ecrasante dans les 80's, elle survole la concurrence à grands renforts de tubes mondialisés comme "Like a Virgin", brille de mille feux dans les 90's avant de s'associer avec le génie de Taxi Girl, Mirwais Ahmadzaï pour pondre Music à l'aube du nouveau siècle. Elle continue à cette vive allure durant les 00's avant que l'âge ne commence dernièrement à se faire sentir.

Missy Elliott : tenir tête aux plus gros MC

Missy Elliott, c'est, avec Allyiah, l'une des grosses têtes féminines du Hip Hop 90's. Dans cet univers qui, jusque très récemment, était macho au possible, elle a su se faire une place à force de biceps. De ses premiers freestyles pirates exhumés via YouTube à ses albums mythiques, elle a toujours su représenter cette image de "Reine du Hip Hop" : rugueuse mais brillante. Productrice, MC monstrueuse, guest imparable, elle excelle dans chaque exercice. Elle envisage d'ailleurs un retour en force. On a hâte.

Annie Lennox, la froideur androgyne

S'il y a un groupe qui a dominé la synth-pop dans les 80's, c'est bien Eurythmics. Avec Depeche Mode, ils représentent dans la mémoire collective cette esthétique froide et racée de l'époque. Annie Lennox et son style androgyne défraient la chronique quand la musique du groupe écrase l'Europe avec une déconcertante facilité. Idole gelée.

Gwen Stefani, incontournable

La pop 90's a été pour le moins accidentée par quelques attentats sonores : les évolutions des techniques de production musicale ont engendré de nombreuses horreurs impardonnables. Pourtant, dans ce flux aléatoire, un groupe n'a jamais fait (trop) de fautes de goût : c'est No Doubt, le combo brillamment mené par Gwen Stefani. "Don't Speak" a fait le tour des radios du monde entier, quand le très "madonnien" "It's My Life" pose la chanteuse en véritable idole mondiale. La suite, tout le monde la connait : une carrière solo ravageuse et des milliers de disques vendus en pleine crise du disque. Mega tube sur mega tube.

Lady Gaga, post pop jusqu'au bout des ongles

Est-elle finalement trop pop pour rentrer dans cette liste ? Non : Lady Gaga est même bien en plein dans l'avenir de la Pop Culture. Elle absorbe allègrement les références populaires (toutes les femmes citées ci-dessus) et les mêle à une culture plus savante dans un grand fouillis qu'elle seule semble pouvoir maîtriser. Elle cite tant Marina Abramovic que Madonna, et refile la pochette de son dernier disque à Jeff Koons. On n'y comprend rien, mais elle vous fait un sacré effet !

Derniers
articles
Scène internationale

Les
pluslus

Lespluspartagés