Newsletter
Les mardis jazz au Lulu White
Les mardis jazz au Lulu White
© Mohé/François Tran

Les mardis jazz du Lulu White

Publié le 26/10/2016 à 14:00

Cocktails et jazz en live, c'est la recette groovy proposée tous les mardis soirs par le Lulu White.

Lulu White était une entremetteuse du quartier chaud Storyville de la Nouvelle Orléans au début du XXe siècle. Il parait que le Storyville français s'appelle Pigalle, et c'est justement là que l'équipe du Little Red Door a décidé d'ouvrir Lulu White en 2014.

Décor vintage style speakeasy, boissons inspiration prohibition et musique jazz, c'est une plongée au coeur de la Nouvelle Orléans des années 1910 que propose le bar parisien.

Ça swingue à Pigalle le mardi

Depuis quelques semaines, des set live organisés tous les mardis font encore plus swinguer la descente à New Orleans. Entre deux époques et deux continents, bien calé dans son fauteuil en cuir, on pourra siroter son cocktail ou son absinthe au son de la musique de différents musiciens jazz en live.

Certains débarquent directement de Big Easy, comme Leon "Kid Chocolate" Brown venu avec sa trompette en septembre dernier. Lulu a aussi accueilli Billy Collins, le "bad boy" originaire du Bronx à New York, et spécialiste notamment de Louis Armstrong et Billie Holiday. La programmation est à suivre chaque semaine sur la page Facebook de Lulu White.

Cocktail Sex, Suze and Banana Booze
Cocktail Sex, Suze and Banana Booze
© Mohé

Alors on se laisse guider par l'impro jazzy et on commande son cocktail "Michael Fish was wrong" au rhum et fruit de la passion, ou on "Voyage vert" avec une sélection maison de trois absinthes. On ferme les yeux, Louis Armstrong et son "Mahogany Hall Stomp" - écrit en hommage au Mahogany Hall de Lulu - ne sont plus très loin...

Lulu White
12 rue Frochot 75009
Horaires d'ouverture: Tous les jours de 19h à 3h
En savoir plus :
Bars à cocktails, Bars à Paris, Pigalle, Lieux
sur le même sujet
Le cocktail White Russian Le cocktail White Russian Cocktails / 06.07.2013
Un mardi à Calvi Un mardi à Calvi Chroniques / 11.07.2012