Newsletter
Un Regard Moderne
Un Regard Moderne
© Un Regard Moderne

Les bonnes adresses de Christophe à Paris

Publié le 19/04/2014 à 17:55

Y a-t-il de plus grands esthètes urbains que Christophe ? En tout cas, il est sans aucun doute l'un des meilleurs pour évoquer Paris.

"Le Beau Bizarre" aime Paris. Quand on lui demande si cette ville l'inspire, il lance avec un entrain non contenu : "Ben oui, pas mal quand même, évidemment !". Commençons par mettre fin à une rumeur persistante : non, Christophe ne vit pas uniquement la nuit : "Quand on travaille la nuit, on doit bien être debout la nuit, c'est logique. Par contre, quand on a une vraie lumière franche comme en ces belles journées, je regrette de ne pas me lever plus tôt. Mais c'est parce que je bosse. Je bosse, mais sinon, je serais à 14h au Luxembourg entrain de jouer aux boules et de kiffer. J'ai pas de décalage horaire : je choisis ma lumière. Même si elle est plus "tendance nuit". C'est vrai que quand arrive les mois de Juillet, Août ou Septembre, c'est ma période où je sors plus. Je vis alors le jour. J'adore m'endormir sous le ciel étoilé, autour de 2-3 heures du matin. Je n'aime pas l'habitude. Je suis en décalé, mais ça ne me décale pas. C'est mon propre décalage".

La nuit : les "classiques"

"La nuit, je suis dans un classicisme un peu bancal"

Quand on lui a demandé de nous livrer ses bonnes adresses, Christophe était nettement plus prolifique sur ses adresses de jour : "Actuellement, la nuit, je suis dans un classicisme un peu bancal. Mais ça change tout le temps. Je suis souvent entre le Montana , le Baron, mais je me lasse facilement. J'ai parfois plus de plaisir à aller au Germain, au 25 rue de Buci. Jusqu'à deux heures du matin, tu as une ambiance, t'es pas enfermé. Les gens qui te servent, aujourd'hui, n'ont par contre pas de respect pour le client, et ça fait chier. Je choisis aussi selon le feeling du DJ. S'il vit son truc, ça me plaît. Les boites, pour moi, c'est pas 23h-Minuit, je suis pas un touriste. Moi, ça me prend à 2h30. Je suis chez moi, j'ai travaillé, j'ai fait mes trucs, et là, je le sens, je me dis : "J'vais y aller un petit coup". Je peux aller au Saints Pères, aussi."

Ses adresses de jour sont presque plus personnelles. Voici celles qu'il nous a sélectionné. Vous pouvez y aller les yeux fermés, que de beaux endroits !

Pour jouer aux boules : Le Luxembourg et l'Esplanade des Invalides

"Le Luxembourg, pour jouer au boules, mais pas seulement : L'Esplanade des Invalides, aussi !" Christophe y joue régulièrement, aux côtés d'un autre de nos rédacteurs en chef invités, Julien Doré. Christophe a toujours aimé le sport. Il a par exemple aussi beaucoup joué au tennis. Il raconte : "Le tennis, j'en étais passionné, mais toujours autodidacte. Donc au tennis, on sait ce que ça veut dire, beaucoup de failles, de défauts. Mais j'avais un plaisir fou".

Pour la musique : La Rue de Douai

Le chanteur aime y passer du temps : c'est le repaire des musiciens. Tout le long de la rue, vous y trouverez des magasins d'instruments de musique et de matériel de traitement du son : des pédales d'effets aux guitares vintages en passant par les tables de mixage, il y en a pour toutes les spécialités."Il faut être chineur et spécialiste, mais j'adore la Rue de Douai. Me renseigner sur la cote d'une de mes guitares, observer, etc... Mais pour vraiment aimer ça, il faut toujours être dans la passion". En tout cas, pour tous les fétichistes des beaux instruments de musique, il y a largement de quoi s'émerveiller.

Pour les beaux livres : Un Regard Moderne

Au 10 de la Rue Gît-le-Coeur se tient l'une des boutiques favorites de Christophe : la librairie Un Regard Moderne. Ce serait l'équivalent, en tant que librairie, du disquaire idéal, avec des tas d'objets rares empilés dans un rangement savamment conçu par le patron. Ce lieu est un véritable paradis pour les amateurs de belles lettres, et plus encore de jolis ouvrages. "J'y ai trouvé des livres sur Molinier, Clovis Trouille, Anais Nin. Le mec est un passeur. C'est grand comme l'entrée de chez moi. Les livres sont les uns sur les autres, c'est super."

Les librairies de Saint Germain des Prés

Elles ont beau être célèbres, voire touristiques, ces librairies disposées dans le quartier de Saint Germain des Prés restent des références. Christophe aime y flâner, à la recherche de tirages limités et de belles reliures : "J'aime bien aller à la Hune (16-18 rue de l'Abbaye) et à l'Écume des Pages (174 boulevard Saint Germain). Je suis assez Rive Gauche. J'achète pas mal de livres numérotés. J'aime les livres, même si je lis pas tout. J'aime avoir le numéro 1 sur 100 du tirage, ça me plaît. J'ai par exemple acheté un petit livre de douze photos de Man Ray avec préface d'André Breton".

Pour bien dîner : Le restaurant Chez Pascaline

Bien vivre, c'est aussi bien manger. Christophe, n'est pas très foodtrucks, il aime la cuisine de la mer, et ce traiteur-restaurant italien fait partie de son panthéon culinaire : "Pour les gourmands, je conseille, au 118 Rue Monge, un petit restau italien, Chez Pascaline. Quand tu arrives, t'as deux Ferrari en photos, une Harley... Le mec me fascine. Quand je vois le résultat, les plats, j'imagine la technique et c'est fou. Les gens pensent que tout leur est dû. Mais non. J'adore les grands inventeurs. La précision des mecs, c'est du génie. Et ici, on parle un petit peu de génie".

En savoir plus :
Actu musique, Chroniques, Lieux, Soirées à Paris
sur le même sujet