Newsletter
De gauche à droite, Dyed Soundorom, Dan Ghenacia et Shonky d'Apollonia
De gauche à droite, Dyed Soundorom, Dan Ghenacia et Shonky d'Apollonia
© Cédric Canezza

Interview : Apollonia, le trio de DJs dont la France peut se vanter

Publié le 22/07/2015 à 16:20

Dan Ghenacia, Dyed Soundorom et Shonky aka le trio Apollonia sont les rares Français à être reconnus mondialement. De passage au BIG Festival le samedi 18 juillet, ces amis de longue date (15 ans !) ont accepté de répondre à nos questions. Rencontre avant leur set... à 3h du matin !

La Villa Schweppes : Bonsoir ! Déjà, contents d'être à Biarritz au BIG ?

Tous en choeur : Oui, on est ravis !

Que pensez-vous de la programmation ?

Dan Ghenacia : On peut dire que c'est... éclectique !

Shonky : On n'est pas souvent amenés à jouer dans des festivals aussi éclectiques niveau prog (même si ce soir c'est très axé musique électronique). On était la semaine dernière (il y a 15 jours maintenant, ndlr) au festival Lives au Pont avec, entre autres, Brigitte et là dans un festival où est programmé Johnny. C'est une expérience différente, un autre challenge, mais c'est intéressant.

Ça vous plait, donc, de jouer devant un public que l'on pourrait qualifier d'un peu plus "large" ?

Dan Ghenacia : Oui ça nous plaît parce qu'au final c'est un public très ouvert d'esprit qui est capable d'écouter un groupe disco, un groupe rock et un DJ à la suite. Quand tu vas dans des clubs spécialisés, si le clubeur n'aime pas tel DJ ou tel DJ, tu vas tout de suite le sentir. Là, ce n'est pas le cas.

Dyed Soundorom : Et puis ce qui est sympa aussi, c'est que quand on reprend dans un festival comme ça avec une programmation si variée, on peut arriver derrière les platines sans se soucier de ce qui a pu se passer avant. On démarre notre truc à notre façon. Donc certes, comme disait Shonky, c'est un exercice de style différent parce qu'il n'y a pas une réelle continuité dans la soirée, mais en même temps c'est intéressant de pouvoir redémarrer sur autre chose !

Mais oui on aurait bien aimé voir Johnny !

Vous venez juste d'arriver, mais quel(le)(s) artistes vous auriez bien aimé voir ?

Shonky : Et bien moi je ne connaissais pas Brigitte et j'ai beaucoup aimé ce revival disco. En général, je suis assez focus sur ce qui se passe sur notre scène, en musique électronique, mais là je dois dire que c'est une belle découverte. Après, c'est vrai que ça aurait été aussi cool d'aller voir Johnny, bien sûr, l'icône national.
(Rire général)

Ah oui, alors c'est unanime pour Johnny ?

Dyed Soundorom : Mais ouais franchement j'aurais bien aimé le voir, moi !

Dan Ghenacia : La grosse tête d'affiche du festival. Tout le monde voulait y aller, oui !

... Et même les deux membres de Torb ! D'ailleurs Julien du duo nous a demandé de te passer le bonjour, Dan.

Dan Ghenacia : Oui, c'est vrai que je connais bien Julien. Il était assistant de Zdar qui a mixé une partie de notre album, Tour à Tour, l'année dernière. Et puis on a aussi fait ensemble nos premières raves dans les années 90 !

Revenons-en à la programmation... Vous pensez-quoi de la déprogrammation de Ten Walls au BIG ?

Dan Ghenacia : ... et de plein d'autres festivals...

Shonky : Il y a l'homme et l'artiste, mais c'est vrai qu'il n'a pas véhiculé un super beau message. Et je comprends que les organisateurs du BIG n'aient pas voulu coller cette image à leur festival.

Dyed Soundorom : Chacun a le doit de penser ce qu'il veut, mais ça reste un message très dur auquel on n'adhère vraiment pas !

Dan Ghenacia : On fait de la musique, on n'est pas dans le ségrégationnisme.

Sale histoire... Passons ! Où et devant qui vous préférez jouer en général ?

Dan Ghenacia : On aime bien jouer à la maison, c'est-à-dire à Ibiza, et notamment lors de notre résidence au DC-10. C'est un endroit où on a plaisir à retourner quasiment toutes les semaines. Notre résidence est le lundi, et même si on a eu 4 dates dans le week-end, on est quand même toujours contents d'y jouer.

Shonky : On n'y va jamais à reculons, au contraire, c'est même salvateur, je dirais !

Et puis vous êtes fans des sets marathon de plusieurs heures...

Shonky : Ça a toujours été dans notre culture de jouer longtemps. Après, ça dépend aussi de l'endroit, il faut s'adapter comme ici où on ne jouera que 2 heures. Mais en tant que purs DJs, on aime les sets marathon, oui !

Notre set le plus long : 13h30 au Panorama Bar

Et ça serait quoi, alors, le timing parfait pour vous ?

Dan Ghenacia : J'aime bien jusqu'à 7h de set. Plus, c'est un peu physique. Enfin si les conditions sont maximum c'est quand même possible. Notre record officiel a été de jouer 13h30 au Panorama Bar (du Berghain à Berlin, ndlr) !

C'est carrément sportif 13h30 !

Dan Ghenacia : Oui mais vous savez à un moment, ça devient hypnotique et on n'a absolument plus notion du temps. C'est presque de la méditation. Méditation pendant laquelle on est tous complètement connectés.

Bonne transition pour notre question suivante : c'est en 2012 que vous avez monté votre trio de connexion Apollonia. Le B2B2B, c'est plus vendeur ?

Shonky : C'est une histoire d'alchimie en tout cas ! On avait déjà des carrières solo qui marchaient plutôt bien, mais c'est bien une alchimie qui nous a réunie.

Dan Ghenacia : Ça permet aussi d'avoir deux carrières et de souffler un peu !

Et bien en parlant projet solo, Dan, qu'est devenue ta structure Freak and Chic (le label de Dan Ghenacia, ndlr) ?

Dan Ghenacia : Freak and Chic a sauté en route (pour des histoires de business, paraît-il) ! (rire général). C'est sur ce label que Dyed et Shonky ont signé leur premier maxi. Et parce qu'ils étaient les artistes dont j'étais le plus proche, je leur ai demandé de se joindre à moi pour une nouvelle aventure et de devenir mes partenaires. On est alors rentrés dans un autre rapport de travail.

Vous êtes les seuls artistes français à être, cette année, dans le Top des DJs de Resident Advisor (doublement pour Dyed Soundorom). Vous pensez qu'on a problème de talents en France niveau production, notamment ?

En choeur : Vous nous posez une colle...

On a aussi des artistes talentueux en France comme Hold Youth ou encore Cabanne

Vous pensez à des artistes français talentueux qui n'y figurent pas et qui mériteraient leur place ?

En choeur : Il y en a plein !

Dan Ghenacia : Il y a d'excellents producteurs peu connus qui pourraient rentrer dans ce Top mais, justement, pour y figurer, il faut être connu !

Shonky : RA dresse une certaine vision du marché...

Shonky et Dan Ghenacia : ... Oui, ça reste une niche !

Dyed Soundorom : Je n'arrive pas à savoir si les Français votent beaucoup aussi (seuls les inscrits sur le site peuvent voter pour 3 DJs qu'ils ont vus et ceci tous les ans, ndlr)...

Et comment expliquez-vous le fait d'y être, vous, dans ce Top ?

Dan Ghenacia : Nous on a quand même une belle carrière en Angleterre, à Ibiza et en Italie donc ça aide ! On est plus connus dans ces pays-là qu'en France, finalement...

Dyed Soundorom : ... et il y a énormément d'Anglais qui votent !

Et donc revenons sur ces artistes français qui mériteraient d'être dans ce Top. Vous pensez à qui ?

Dan Ghenacia : Le duo Hold Youth (Seuil et Le Loup), par exemple. Mais aussi un type comme Cabanne qui est là depuis des lustres. On a quand même de super talents !

Shonky : Et puis l'Allemagne, par exemple, est un pays qui a toujours baigné dans la culture techno et qui a donc un plus grand "réservoir" de bons artistes.

Dan Ghenacia : ... et aussi plus de festivals spécialisés ! Là, en France, les festivals où on a été programmé mélange artistes pop, rock et artistes techno.

Shonky : Oui, même si il y a les Nuits Sonores et le Weather, par exemple, cette culture en France reste récente.

On croyait que votre choix d'Apollonia comme nom était une façon, pour vous, de soutenir la Grèce. Ça tombe bien c'est d'actualité... (rire général). En réalité, vous l'avez choisi en hommage à l'actrice Apollonia Kotero qui est apparu en 1980 dans le film Purple Rain. Il s'agit donc avant tout d'un hommage à Prince. Vrai ? C'est quoi votre titre préféré de l'artiste ?

Dan Ghenacia : Il y en a des tonnes ! Mais pour en citer un qui est peu moins connu, je dirais "Computer Blue" sur l'album Purple Rain, justement.

Votre label Apollonia, vous sert comme tremplin pourjeunes talents ou pour rééditer de gros artistes comme Kerri Chandler (avec Sunday Sunlight) ?

En choeur : Les deux !

Dan Ghenacia : le Label, c'est un peu le miroir de ce qu'on joue, donc il y a autant de la old school avec de repress, nos productions à nous et des trucs nu school avec des artistes émergents.

Shonky : En somme tout ce qui nous plait et qu'on peut jouer !

Et vous pouvez nous en dire plus sur vos prochaines sorties et collabs ?

Dan Ghenacia : On va bientôt sortir un maxi d'un certain Alci, un artiste suisse de Zurich. Un maxi que l'on pourrait qualifier aujourd'hui avec le terme de micro house, mélange de minimale et de house.

Et côté collab ?

Shonky : Il y a des remixes pour l'album qui vont sortir à la rentrée ou un peu plus tard avec de beaux noms...

Vous pouvez nous en donner un ou deux ?

Dan Ghenacia : Non ! (rire général).

Ça valait le coup d'essayer... Donez-nous quand même votre/ vos "Summer Track(s)".

Dan Ghenacia : Un track d'un artiste italien qui vit à Berlin et qu'on va signer : Ivan Iacobucci et le morceau s'appelle "Hold It On".

Dernière question : La nuit... (à vous de finir la phrase).

Shonky : La nuit, c'est la folie ?

Dan Ghenacia : Ou bien la nuit, j'ai envie ? (rire généal).

La page Facebook d'Apollonia
sur le même sujet
Interview : le collectif PWFM Interview : le collectif PWFM Événements / 20.02.2017
Le label Dement3d fait son Tour de France Le label Dement3d fait son Tour de France Événements / 08.02.2017