Newsletter
Aaron
Aaron
© François Berthier
Aaron sortira bientôt son nouvel album We Cut The Night
Aaron sortira bientôt son nouvel album We Cut The Night
© François Berthier
Aaron
Aaron
© François Berthier
Aaron sortira bientôt son nouvel album We Cut The Night
Aaron sortira bientôt son nouvel album We Cut The Night
© François Berthier
1 / 2
Aaron: "La nuit tu penses toujours être seul alors que le monde est à tes côtés"
Aaron
Aaron
Aaron
© François Berthier
2

Aaron: "La nuit tu penses toujours être seul alors que le monde est à tes côtés"

Publié le 29/06/2015 à 17:00

Aaron présentera son nouvel album We Cut The Night à la rentrée. Discussion autour de sa création et de leur belle rencontre avec John Malkovich.

Villa Schweppes : Quatre années se sont écoulées depuis votre album Waves From The Road, que s'est-il passé pour vous depuis ?

Olivier : On a fait pas mal de concerts qui nous ont pris beaucoup de temps. Puis c'est vrai qu'on a pris le temps de voir nos amis, de voyager... Simon a aussi fait du cinéma. On avait envie de vivre des choses différentes pour des histoires à raconter dans un nouvel album.

Simon : Oui, moi je me sentais très assèché à la fin de cette tournée. J'avais besoin de faire une pause parce que c'était intense, ça t'absorbe.

Qu'est-ce qui a déclenché le besoin de créer à nouveau ?

Olivier : Le manque. Il y a un moment où tu le ressens, ça ne s'explique pas ! Avec Simon, quand on commence à créer un album en général c'est un vrai tunnel. On se plonge complètement dans le boulot.

Simon : Oui en plus aujourd'hui on a un vrai studio à nous donc c'est assez jouissif de pouvoir y aller quand on veut. Mais on se coupe de pas mal de choses.

Votre chanson "U-Turn (Lili)" a t-elle en quelque sorte été un frein dans votre création ?

Simon : Non, on n'a jamais vécu ça comme un frein. C'était le premier single de notre premier album donc c'était une belle porte d'entrée. On a eu beaucoup de chance. Et puis les singles et les albums suivants l'ont effacé donc c'est plutôt positif. On est très heureux de la bienveillance que nous portent les gens aujourd'hui.

Olivier : Oui, les deux albums ont eu pas mal d'écoutes. Tout s'est fait naturellement en fait.

La rencontre avec John Malkovich s'est faite très simplement. Je lui ai fait écouter "Blouson noir" et ça lui a excité l'oreille !

On en sait vraiment peu sur cet album We Cut The Night qui arrive en septembre. Ça ressemble plus à un projet qu'un album non ?

Olivier : Ah tu trouves ? C'est surtout qu'on voulait le présenter différemment par rapport aux précédents.

Simon : Depuis qu'on se connait avec Olivier, on aime prendre part à tout, que ce soit l'habillage visuel, l'image sur scène, les vêtements ou encore les photos. On voit la musique avec des images, on travaille toujours comme ça. Là, on a pris le temps de présenter les choses. On a voulu faire une espèce de préface, comme dans un livre. C'est pour cela qu'on a fait le teaser avec John pour expliquer le titre de l'album.

Oui, alors comment s'est passée cette collaboration avec John Malkovich ?

Simon : La rencontre s'est faite très simplement. Je lui ai fait écouter "Blouson Noir" et ça lui a excité l'oreille ! Puis on a écouté le reste de l'album et on en a parlé. Ça se fait souvent comme ça, en fait. Quand tu as un truc à raconter, soit les gens sont touchés, soit non. Ce n'est pas parce que c'est un mec qui a une certaine aura qu'il faut le voir différement. Il est comme les autres, il aime bosser et il aime la création.

La nuit tu penses toujours être seul alors que tout le monde est à côté de toi.

Que raconte ce teaser alors ?

Olivier : Le teaser résume l'album, il amène le titre. Ce poème, ce sont des phrases que l'on a pris dans à peu près chaque chanson. We Cut The Night parle des rapports amoureux, de l'autre. Ensemble, on coupe la nuit...

Simon : C'est un album en clair-obscur. On a beaucoup travaillé sur le silence, sur l'espace, sur les sensations qu'on ressent la nuit. La nuit tu penses toujours être seul alors que tout le monde est à côté de toi. C'est ce que l'on a voulu montrer.

Vous vous êtes présentés en tant que Blouson Noir au Printemps de Bourges ? C'est le groupe que vous auriez aimé être ?

Simon : Non en fait on trouvait ça super drôle de se présenter comme ça. C'était une manière assez belle de revenir pour nous. On voulait amener le projet de la manière la plus pure possible. "Blouson noir" est une belle ouverture sur la suite de l'album.

Olivier : Oui, c'était dans la continuité de ce que l'on avait fait avec John Malkovich. On voulait s'amuser.

Beaucoup de mystères planent au dessus de cet album. À quoi doit-on s'attendre ?

Olivier : C'est un album très incarné. J'aime bien le résumer en disant que c'est de la musique "pour l'âme et pour les pieds" parce qu'on a essayé de faire danser aussi. C'est un album pour te faire bouger physiquement mais aussi t'emmener ailleurs.

Simon : We Cut The Night parle beaucoup d'amour mais pas forcément amoureux. C'est tout simplement un album de vie ! Me concernant, il a grandi sur une terre très aride. Tout à coup tout à repoussé. Il représente une renaissance pour nous deux.

On a beaucoup joué sur les textures électro, on a sculpté les sons.

Vous travailliez avec des instruments plutôt classiques sur vos précédents albums. Pourquoi ce nouveau virage électro ?

Olivier : On a toujours plus ou moins mélangé des sons électroniques. Mais là, c'est peut-être plus homogène, plus précis oui. On a beaucoup joué sur les textures électro, on a sculpté les sons. Parfois on pense que c'est une guitare alors que c'est un synthé et vice versa.

Simon : Ce qui compte au final pour nous c'est que les sensations musicales fusionnent avec les paroles. On aime bien trouver un squelette de mélodies et articuler les muscles autour. Pour We Cut The Night, on a voulu effacer les frontières avec les instruments.

Avez-vous découvert des artistes cette année ? De nouvelles inspirations ?

Olivier : J'aime beaucoup FKA Twigs. C'est un peu comme Björk, j'adore ce genre de tête chercheuse. Elle a vraiment son truc. Sinon, on a découvert Bill Viola tous les deux. C'est un artiste très connu pour ses installations monumentales. Ça nous a chargé de tellement d'émotions qu'après on a eu besoin de les faire resortir. On a beaucoup écrit à la suite de cette découverte.

Simon : J'ai surtout découvert des auteurs mais ce qui m'inspire le plus c'est la nature et sa puissance. J'ai essayé de le marquer dans l'album en séchant au maximum l'écriture. J'ai voulu aller à l'exactitude du verbe pour laisser la place aux sensations.

Quels sont vos projets à venir ?

Olivier : Cet été on va partir en vacances un peu parce qu'on va avoir beaucoup de boulot à la rentrée. On va aussi sortir des clips dont un très bientôt ainsi que des remixes. Plein de surprises se préparent !

Simon : On va aussi être présents sur 3 festivals cet été. On ne voulait pas trop en faire pour créer la surprise à la rentrée. On démarre la tournée à partir de fin septembre et elle durera jusqu'à l'été prochain.

On pose très souvent cette question à la rédaction de Villa Schweppes et avec vous on est pile dans le thème : "la nuit c'est" ?

Simon : La nuit c'est seul ensemble...

We Cut The Night (Cinq 7, Wagram), sortie le 18 septembre
Site officiel d'Aaron
En savoir plus :
Musique, Rencontres
sur le même sujet
7 records du monde de la nuit 7 records du monde de la nuit Actu musique / 31.05.2018